Accueil Société

Bruxelles: Curieuzenair au rapport

Ce samedi, la phase de mesures prend fin. Les résultats de ce projet de science citoyenne inédite à Bruxelles seront connus en mars.

Cheffe Bruxelles Temps de lecture: 2 min

Ce samedi, 3.000 panneaux s’effaceront des façades bruxelloises. La première phase de l’opération Curieuzenair est terminée. Voilà un mois que 3.000 Bruxellois(es) mesurent le dioxyde d’azote (NO2) dans l’air ambiant. Soit la plus grande collaboration jamais menée entre scientifiques et citoyens dans la capitale. Parmi les volontaires, le Roi Philippe (qui avait installé le panneau au domaine royal de Laeken), le Premier ministre Alexander De Croo (au 16 rue de la Loi), 83 écoles, 2.570 familles, 283 organisations et entreprises (dont l’Union Saint-Gilloise, les Musées royaux d’art et d’histoire au Cinquantenaire, Recyclart et la Commission européenne). Concrètement, tous ces volontaires doivent, ce 23 octobre, décrocher leur panneau et renvoyer les tubes aux organisateurs, selon une procédure stricte et précise, qui leur a été communiquée par mail.

CNBXL-logo-Bleu

Pour rappel, lorsque l’Université d’Anvers, l’ULB et le Bral ont lancé ce projet de science citoyenne via les colonnes du Soir, du Standaard et de Bruzz, partenaires de la campagne, 5.578 demandes de participation ont été enregistrées. Trois mille « candidatures » ont été retenues, réparties sur tout le territoire régional, maillé au plus serré. Il s’agissait aussi de diversifier les lieux : des panneaux ont été installés sur des axes à forte et faible densité de trafic, dans des zones plus résidentielles ou au contraire largement occupées par des immeubles de bureaux. Enfin, 64 panneaux de mesure ont été installés dans les parcs de Bruxelles et près des stations de mesures de référence de Bruxelles Environnement, afin de calibrer le dispositif.

Les résultats seront connus dans le courant du mois de mars. Ce projet fait partie du partenariat Brussels Clean Air, une initiative de lutte contre la pollution atmosphérique soutenue par Bloomberg Philanthropies et le gouvernement bruxellois. Si le dioxyde d’azote n’est qu’un des polluants atmosphériques, c’est l’un des plus problématiques, responsable de maladies cardiorespiratoires. C’est aussi l’un de ceux qui diminue le moins à Bruxelles.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Moriaux Raymond, samedi 23 octobre 2021, 12:31

    "Science citoyenne". Voilà bien le genre d'expression complètement vide de sens. Sauf certainement pour les "woke" et les adeptes de la "cancel culture"", pour lesquels la science est déjà une monstruosité à bannir pour toujours dans la mesure où elle n'est pas accessible au commun des ignorants sur simple injonction.

  • Posté par Moriaux Raymond, samedi 23 octobre 2021, 12:37

    Quant aux résultats, pas besoin d'attendre le mois de mars. Ils font partie du cahier des charges (du "design") de l'étude en question ... Mais ça permettra à VDB (pas Frank...) et consorts de s'écrier : "ha haaa, je vous l'avais bien dit qu'il faut ..." Vous connaissez la suite.

Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko