Accueil Société

Coronavirus: Frank Vandenbroucke plaide pour une culture du port du masque

Les chiffres remontent, il est question d’une quatrième vague. Le ministre fédéral de la Santé a déclaré : « Ne faudrait-il pas développer une politique dans laquelle le port du masque est une partie importante de la prévention au quotidien ? »

Temps de lecture: 2 min

Le ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke, a plaidé vendredi en faveur d’une culture généralisée du port du masque buccal afin de mieux protéger les plus faibles non seulement contre la covid-19 mais aussi contre d’autres maladies comme la grippe.

Lors du dernier comité de concertation, un « équilibre politique », selon les mots du ministre, a été trouvé entre la Flandre d’une part et Bruxelles et la Wallonie d’autre part sur le port du masque. Un « socle fédéral » impose le masque dans un nombre très réduit de circonstances, par exemple dans les transports en commun. Libre aux Régions ensuite de compléter la mesure, ce qu’ont fait Bruxelles et la Wallonie.

Une quatrième vague ?

A l’heure où il est question d’une quatrième vague de la pandémie en Belgique et où la grippe saisonnière se réveille, le ministre a insisté sur l’importance du masque buccal. « J’ai le sentiment qu’il faut quand même rappeler l’importance du port du masque sans que cela implique une obligation », a expliqué M. Vandenbroucke en commission de la Chambre. « Ne faudrait-il pas développer une politique dans laquelle le port du masque est une partie importante de la prévention au quotidien ? »

A ses yeux, dès lors que des personnes vulnérables ou se sentant un peu grippées se trouvent dans un lieu clos où les distances de sécurité ne peuvent être respectées, le port du masque devrait devenir un geste allant de soi, sans qu’il soit nécessaire de l’imposer.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Durieux Karine, vendredi 22 octobre 2021, 20:43

    Il faudrait aussi que le masque soit correctement porté...

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, samedi 23 octobre 2021, 8:03

    Quand ce n'est pas positionné sur le menton uniquement...

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, samedi 23 octobre 2021, 8:02

    Et déjà, ne plus parler de masque "buccal", mais plutôt de protection "naso-buccale". Vu la façon dont le masque est très mal positionné chez certains...

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, vendredi 22 octobre 2021, 22:45

    Problématique fondamentale en effet.

  • Posté par Godding Yves, vendredi 22 octobre 2021, 19:24

    1- tellement évident! Cette habitude est intégrée depuis des décennies dans certains pays asiatiques, où la personne enrhumée se soucie de ne pas envoyer ses microbes tous azimuts...(cf dans les transports en commun...) 2- Petite évolution depuis le moment où une certaine M. De Block claironnait que le masque était inutile... 3- Evolution majeure: enfin, une autorité utilise le mot "prévention" ! Face à un virus qui continue à prospérer malgré des taux de vaccination très élevés, il est (enfin) temps d'élargir la notion de "prévention", au-delà des gestes barrières (évidemment utiles); la protection du vaccin, qu'on a "vendue" aux citoyens comme quasi absolue, ne constitue finalement qu'un des paramètres de la question. Il est donc temps de se pencher sur des solutions complémentaires. Le politique doit arrêter le "football panique" qui, de promesses (vaines) en désillusions, cause des "coups d'accordéon" qui démotivent la population. C'est tellement "chouette" d'être le premier à promettre la levée de restrictions...

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko