Accueil Monde Union européenne

Le sommet européen veut bétonner le contrôle de ses frontières extérieures

Les dirigeants des Vingt-Sept Etats membres de l’UE ont eu vendredi une longue discussion sur la migration, la première du genre depuis juin 2018. Haro sur « l’attaque hybride » lancée par le régime biélorusse !

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 5 min

Cinq heures pour l’un. Une vingtaine de minutes pour l’autre. Voilà le bilan horaire des deux faits marquants du second jour du sommet européen, tenu ces jeudi et vendredi à Bruxelles. De façon inattendue, pas moins de cinq heures ont été consacrées par les dirigeants européens au brûlant dossier de l’immigration. Un temps beaucoup plus modeste a permis aux « chefs » de saluer sobrement le dernier sommet pour deux d’entre eux : le Premier ministre suédois Stefan Löfven après sept ans au pouvoir et, surtout, la championne Angela Merkel, 107 sommets au compteur. La chancelière allemande, réputée « prestataire de solutions », devrait avoir quitté le pouvoir d’ici au prochain Conseil européen, mi-décembre. Elle laisse l’Europe face à d’immenses défis… et foires d’empoigne – on épinglera le bouleversement de la transition verte et les dissensions sur l’Etat de droit et les « valeurs »…

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Joute Dodo, dimanche 24 octobre 2021, 18:07

    J'espère vraiment que le compte rendu de Philippe Regnier n'est que partiel. Car fondamentalement, si nous avons tant de demandes d'asile, c'est parce que des états-voyoux (Bielorussie, russie, turquie, maroc, lybie et bien d'autre) voient les réfugiés comme une source de racket contre l'UE. Si il y a une telle circulation intra-européenne, c'est parce que la politique d'asile est laissée à la discrétion de chaque état européen. Et que certains font un racket intraeuropéen sur cette question. Et que nous n'avons pas non plus de politique étrangère commune. L'UE a grandi trop vite. Peut-être les "exit" de certains pays qui profitent un peu trop bien de notre générosité (Pologne, Hongrie et autres du groupe de Visegrag) seraient finalement profitables à l'UE. Qu'ils partent vite!

  • Posté par dams jean-marie, samedi 23 octobre 2021, 13:33

    Bla bla comme toujours : rien dans les faits! Tournez la page ; la Pologne : tournez la page! Les européens en ont marre de l'immigration de masse surtout islamique . Ces obscurantistes de l'âge de la pierre nous désintègrent alors qu'ils devraient nous remercier et s'intégrer dans nos pays .Non au contraire ils exigent chaque jour un peu plus et nuisent aux valeurs occidentales !

  • Posté par Monsieur Alain, samedi 23 octobre 2021, 8:51

    Cela fait des années que l'UE sous-traite sa politique migratoire aux maffias des passeurs, aux ONG (bien intentionnées ?) et à ses Etats voisins ... Ce n'est donc pas prêt de changer. De sorte que, le défi démographique européen est également sous-traité à des intérêts extérieurs, divergents et souvent criminels.

  • Posté par ADAM Jean-Victor, vendredi 22 octobre 2021, 23:15

    Encore du bidon ...

  • Posté par collin liliane, vendredi 22 octobre 2021, 23:09

    « Nos frontières extérieures doivent être contrôlées efficacement." Constat d'échec de la politique de contrôle des 30 dernières années.

Plus de commentaires

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs