Accueil Belgique

Philippe Mary: « 70% des agents en grève sont en congé maladie»

Le spécialiste des politiques pénales et carcérales estime qu’une « minorité très agissante » veille à ce que la grève se perpétue.

Journaliste au service Web Temps de lecture: 2 min

Les mouvements de grève sont fréquents en Belgique mais l’action en cours depuis plus de 15 jours « est exceptionnelle dans la durée » , a déclaré Philippe Mary, directeur du centre de recherches criminologiques à l’ULB, interrogé sur La Première.

Philippe Mary © DR
Philippe Mary © DR

Comment expliquer la détermination des grévistes  ? « J’entends dire qu’il n’y a pas une base entièrement déterminée. Il y a une majorité très agissante qui veille à ce que le mouvement se perpétue », avance le criminologue, avant d’ajouter : « Il semblerait que 70 des agents en grève sont en congé maladie ». Un chiffre qu’il tient d’une source « très bien informée ». Une question parlementaire devrait être posée ce vendredi ou la semaine prochaine pour vérifier cette information, ajoute-t-il. Un chiffre interpellant et qui donne à réfléchir sur la détermination réelle du mouvement de grève, estime-t-il.

Le ministre de la Justice Koen Geens a programmé une nouvelle réunion avec les syndicats vendredi après-midi pour poursuivre le dialogue et essayer de mettre fin à la grève dans les prisons wallonnes et bruxelloises. en matinée, le comité ministériel restreint donnera un «mandat complémentaire» au ministre de la Justice, qui fera des propositions pour lutter contre la surpopulation carcérale et améliorer les infrastructures. De rapides progrès doivent également être réalisés dans l’instauration d’un service garanti dans les prisons, a ajouté Charles Michel.

Service minimum

Sur La Première, Philippe Mary a également plaidé pour un service minimum dans les prisons. « Est-ce que parce que la situation est indigne dans les prisons, il faut rendre encore plus indigne  ? » Le Conseil de prévention de la torture (CPT), dont le criminologue fait partie, estime qu’il y a certaines fonctions publiques, comme le maintien de l’ordre, dont le droit de grève doit nécessairement être limité pour respecter le droit d’autrui. « Ici, c’est le droit de pouvoir être nourri normalement, de pouvoir se doucher et se promener au moins une heure par jour. »

À lire aussi Grèves : conseil des ministres, retour à la case prisons À lire aussi L’appel des avocats à Charles Michel: «La situation dans les prisons est apocalyptique»

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs