Accueil Monde Proche-Orient

Lod, de la mixité à la division

Cette ville de 80.000 habitants, dont un tiers d’Arabes, a été l’un des épicentres de la dernière escalade de tensions entre Israéliens et Palestiniens au mois de mai dernier. Des affrontements intercommunautaires violents ont causé deux morts et laissé de profonds traumatismes dans la population.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Des sentiments de haine. De trahison. Et de la colère mêlée d’inquiétude. Ce sont les traces laissées par quelque dix jours de conflit et des semaines de tensions, au printemps dernier.

Quand, le 10 mai à Jérusalem, la mosquée al-Aqsa, le troisième lieu saint de l’islam, est vidée de ses fidèles par la police israélienne, Khalil Hamdouni, le teint gris comme ses cernes, est ému, mais ne se sent pas directement concerné. Cet Arabe de Lod a d’autres problèmes. Il vit avec sa famille dans une maison illégale au toit de tôle et aux murs de parpaings, dans un quartier appelé à être détruit par les autorités, pour laisser place à un projet immobilier. Deux mois plus tôt, des propriétés arabes avaient été démolies. En représailles, des voitures appartenant à des juifs avaient été brûlées. Ainsi va la vie dans cette ville connue pour être l’un des pôles des trafics de drogues et d’armes en Israël, dont le tissu social est sans cesse bouleversé par d’incessants mouvements de population.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Proche-Orient

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs