Accueil Société

Coronavirus: mettre fin à la pandémie est «un choix», affirme le chef de l’OMS

La pandémie de covid prendra fin «lorsque le monde choisira d’y mettre fin» car «tous les outils» sont désormais disponibles pour combattre le virus, a déclaré le chef de l’OMS, renouvelant ses appels à une distribution plus équitable des vaccins.

Temps de lecture: 2 min

La pandémie prendra fin lorsque le monde choisira d’y mettre fin, c’est entre nos mains, nous avons tous les outils dont nous avons besoin», a lancé Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) lors d’une conférence à Berlin. Il a déploré que jusqu’ici «le monde n’ait pas utilisé ces outils à bon escient», soulignant qu’avec «près de 50.000 décès par semaine» dans le monde, «la pandémie est loin d’être terminée». Le chef de l’OMS s’exprimait lors de la cérémonie d’ouverture du «Sommet mondial sur la santé», un événement annuel réunissant professionnels et politiques à Berlin.

L’OMS a fixé comme objectif que 40% de la population de chaque pays soit vaccinée d’ici la fin de l’année et 70% d’ici le milieu de 2022. Le Dr Tedros déplore régulièrement l’accaparement des vaccins anti-Covid par les pays riches.

«L’objectif est atteignable, mais seulement si les pays et les entreprises qui contrôlent l’approvisionnement traduisent leurs déclarations en actions», a-t-il lancé à Berlin. «Les pays qui ont déjà atteint l’objectif de 40%, y compris tous les pays du G20 doivent céder leur place dans les livraisons de vaccins» au dispositif international Covax et au Fonds africain pour l’acquisition des vaccins (Avat) mis en place par l’Union africaine, a plaidé le Dr. Tedros.

Partager les connaissances

Quant aux fabricants de vaccins, ils «doivent partager le savoir-faire, la technologie et les licences, ainsi que la renonciation aux droits de propriété intellectuelle».

Dans un message vidéo enregistré, le chef de l’ONU Antonio Guterres a estimé que «le triomphe des vaccins - développés et mis sur le marché en un temps record - est réduit à néant par la tragédie d’une distribution inégale. «Le nationalisme et la thésaurisation des vaccins nous mettent tous en danger», a-t-il déploré.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Mauer Marc, lundi 25 octobre 2021, 17:53

    Tout cela ne sont que des vœux pieux. Quel pays parmi ceux auxquels il fait référence serait capable d’exploiter les brevets et les licences? En Europe, on n’a pas pu faire mieux que de la mise en bouteille. Il n’y a pas le premier embryon de laboratoire prêt, de scientifiques formés. Et encore faudra t il convaincre les populations à vacciner ! Et qui est-il pour exiger la levée des brevets ? Qui acceptera de lancer la recherche lors de la prochaine pandémie ? Sûrement pas ceux à qui on cherche à dérober la propriété intellectuelle de ces vaccins ci !

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, lundi 25 octobre 2021, 9:28

    Ce "donneur de leçons" de <Tedros Adhanom Ghebreyesus> ferait bien aussi d'examiner rétrospectivement et de manière critique, son propre comportement et celui de l'organisation qu'il dirige vis à vis de la Chine communiste, lors des six premières semaines "perdues" (de début décembre 2019 à mi-janvier 2020) à minimiser cette crise épidémique suite au "black-out informationnel organisé" du régime chinois... De mon point de vue, ce "type" n'a plus aucune légitimité à conserver son poste... Et en effet M. Coppens, quid de l'acceptation vaccinale dans (certains des) pays concernés ? Où les "affirmations anti-vaccinales délirantes" sont parfois (est-il possible de se montrer encore plus stupide ?) bien plus répandues encore, et même soutenues par certains "dirigeants"...

  • Posté par Coppens Jean-pierre , lundi 25 octobre 2021, 9:11

    Toujours désigner comme coupables les pays développés ! J’aimerais bien savoir quels efforts l’OMS fait pour promouvoir la vaccination dans les pays pauvres. Car donner des vaccins au pays du Tiers Monde avec le programme Covax, c’est bien. Mais encore faut-il que ces vaccins soient utilisés. Et est-on certain que le Covid soit la principale préoccupation des pays Africains ? La tuberculose, la malaria et le SIDA font plus de victimes dans ces pays que le Covid. Alors qu’il existe des médicaments pour soigner ces maladies (mais qui sont aussi assez chers).

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, mardi 26 octobre 2021, 11:14

    Commentaire 06.

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, mardi 26 octobre 2021, 11:14

    Commentaire 05.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko