Accueil Monde Europe

Union européenne: le Premier ministre polonais dénonce «le pistolet braqué sur la tempe» de son pays

La Pologne est engagée dans une confrontation acerbe avec l’UE au sujet d’une série de réformes judiciaires controversées.

Temps de lecture: 2 min

Le Premier ministre polonais a accusé l’Union européenne de braquer « un pistolet sur la tempe » de son pays en exigeant qu’il revienne sur ses réformes judiciaires et en le menaçant de sanctions, dans une interview publiée lundi par le Financial Times.

Bruxelles estime que ces réformes entravent les libertés démocratiques, mais le gouvernement populiste nationaliste défend qu’elles sont nécessaires pour éradiquer la corruption parmi les juges.

Dans le FT, Mateusz Morawiecki a exhorté l’UE à revenir sur sa demande auprès de la Cour européenne de justice d’infliger une amende à la Pologne en raison de ces réformes.

« Ce serait la chose la plus sage qu’ils puissent faire. Parce qu’alors nous ne discuterions plus avec un pistolet braqué sur la tempe », a-t-il dit.

À la question de savoir si, en représailles, la Pologne pourrait opposer son veto à des projets importants de l’UE, il a répondu : « Que va-t-il se passer si la Commission européenne déclenche la troisième guerre mondiale ? Si elle le fait, nous défendrons nos droits avec toutes les armes dont nous disposons. »

Début octobre, la Cour constitutionnelle polonaise a jugé que certains pans du droit européen étaient incompatibles avec la Constitution du pays. Une décision qui a fait craindre que la Pologne ne quitte l’Union européenne.

Dans un commentaire sarcastique sur Twitter, l’ancien président du Conseil européen et chef aujourd’hui du plus grand parti d’opposition polonais, Donald Tusk, a réagi à l’interview du Premier ministre en ironisant sur la perspective évoquée d’une « 3e guerre mondiale provoquée par le conflit entre la Pologne et l’UE ».

La semaine dernière, le conflit a terni le sommet des dirigeants européens à Bruxelles. M. Morawiecki y a affirmé que la Pologne était « prête au dialogue » mais n’agirait pas « sous la pression d’un chantage ».

Plusieurs dirigeants de l’UE présents au sommet ont insisté pour que Bruxelles ne débloque pas les 36 milliards d’euros de fonds de relance post-pandémique attendus par la Pologne tant que la question n’est pas résolue.

Le différend porte essentiellement sur une nouvelle chambre disciplinaire pour les juges, que la Cour de justice des Communautés européennes a jugée illégale. La Pologne a promis de la supprimer mais ne l’a toujours pas fait.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

20 Commentaires

  • Posté par Frissen Jean-Marie, mardi 26 octobre 2021, 19:36

    @Staquet. Mais qu'est-ce que vous racontez encore ? Où ai-je écrit que les Européens de l'Est devaient obligatoirement adopter notre post-modernisme ? Car c'est bien de cela qu'il s'agit selon l'excellent intellectuel bulgare Ivan Krastev que je lis malgré ma supposée xénophobie anti-Européens de l'Est... Je vous invite d'ailleurs à en faire autant. Vous finirez peut-être par voir la lumière. J'ai condamné leur refus d'accueillir des gens chassés par des guerres et donc leur racisme primaire, rien de plus en matière éthique. Donc, vous avez un problème de lecture vu que vous êtes aveuglé ("Aveugles" - "Lumière"... Vous saisissez ?) par votre haine des Etats-Unis et de nos pays "à leur botte". C'est bien dans le domaine politique qu'il y a un problème : lorsque la séparation des pouvoirs n'est pas assurée et que les juges sont aux ordres, il n'y a pas de vraie démocratie, ce que même les Etats-Unis que vous haïssez n'oseraient pas faire. Ni même une volonté de contrôle des médias indépendants (il en reste 2 en Pologne et 0 en Hongrie !) et de pression sur les journalistes qui ne "filent pas droit". Visiblement, cela ne vous dérange guère, ni probablement Poutine qui fonctionne de la même manière. Vous avez une définition de la démocratie quelque peu bizarre Jean-Marie Staquet.

  • Posté par Fontesse Philippe, mardi 26 octobre 2021, 8:16

    Que lUE ait le courage de mettre ce pays dehors avec le remboursement éventuel des sommes trop perçues car les Polonais veulent bien l'argent de l'Europe mais pas les règles qui vont avec. En attendant, la Pologne n'a plus aucun droit d'intervenir dans les décisions Européennes. Pour les entreprises qui sont partis là bas car la main d'oeuvre est moins chère, soit elles font le chemin inverse, soit leurs produits seront considérés comme venant d'en dehors de l'Europe sans intervention de celle ci dans les tractations, ils paient actuellement moins chère la main d'oeuvre mais nous consommateurs n'avons pas vu de diminution des prix des marchandises.

  • Posté par Mauer Marc, mardi 26 octobre 2021, 11:32

    Ce qui est effectivement dérangeant, c’est l’attitude qui consiste à faire fi des traités signés lors de l’adhésion : à l’époque ils n’avaient pas le pistolet sur la tempe ! Et être surpris qu’ aujourd’hui des sanctions (dont ils connaissaient l’existence lors de la signature) s’appliquent … c’est aussi faire là preuve d’une désagréable mauvaise foi. Et parler de négociation aujourd’hui, alors que l’on se situe dans l’exécution du traité, c’est plutôt particulier : il n’y a rien à négocier. Et s’ils désirent nous quitter, qu’ils le fassent, et qu’ils se renseignent en Crimée sur ce que rapporte le rapprochement avec la Russie !

  • Posté par Staquet Jean-Marie, mardi 26 octobre 2021, 0:11

    Lambert, mon bon ami: je n'ai que f.... de vos avis d'ignare issu de l'école de la réussite du Wallobruxistan. Retournez avec vos camarades en queue de peloton du classement PISA, merci.

  • Posté par Lambert A., mardi 26 octobre 2021, 11:05

    Staquet : pauvre gars gâteux et baveux, votre frustration maladive suinte vraiment de tous vos pores. Vous, le pauvre petit belge que son Pays n'aurait rien fait pour lui, lorsqu'il a été malade...??? Mais malade, assurément, vous l'êtes encore, rongé par la haine qui qualifie les obtus stipendiés et lobotomisés de votre espèce. Mais, c'est bien là la tactique usée jusqu'à la corde des populistes-complotistes-extrêmistes de votre genre, se victimiser...Oh le pauvre petit "Narcisse", sa bile le fait tellement souffrir, qu'il ne parviens même plus à profiter pleinement de sa nuit de sommeil (post à 00h11'). Allez Staquet, tâchez quand même de vous reposer et cela nous fera de l'air !!!

Plus de commentaires

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs