Accueil Opinions

Matthieu Ricard: «Il y a beaucoup de choses dont on pourrait se passer, et on s’en porterait mieux»

Depuis un demi-siècle, Matthieu Ricard médite dans les solitudes de l’Himalaya. Il en a acquis la conviction que seul l’altruisme pourra sauver le monde.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Forum Temps de lecture: 6 min

Dans ses Carnets d’un moine errant, les volumineux mémoires qu’il publie chez Allary Éditions, Matthieu Ricard raconte comment, à la fin des années 60, le jeune docteur en génétique qu’il était a choisi de devenir moine bouddhiste aux confins du Bhoutan, du Népal et du Tibet. Une décision radicale qu’il n’a jamais regrettée.

Vous expliquez que vous êtes né le 12 juin 1967, à l’âge de 21 ans, près de Darjeeling, au contact de votre premier maître spirituel (Kangyour Rinpoché). Cinq ans plus tard, vous plaquiez tout pour devenir moine. Dans quel état d’esprit étiez-vous avant cette rencontre ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs