Accueil Monde Afrique

Soudan: entre l’armée et la rue, le mariage forcé tourne au coup d’Etat

En 2019, les Soudanais avaient réussi à se débarrasser du dictateur Omar el-Béchir. Mais les espoirs de transition démocratique ont du plomb dans l’aile après le coup d’Etat militaire de ce lundi.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

Il y a deux ans, la rue soudanaise avait réussi une prouesse : faire tomber le dictateur Omar el-Béchir, après près de 30 ans de dictature militaire. Un vent d’espoir soufflait alors sur le pays. Ce lundi, le vent a tourné.

Le général Abdel Fattah Al-Burhane a mis des bâtons dans les roues de la transition démocratique, prenant la tête d’un coup d’Etat militaire. Le coup de filet a été large. Le Premier ministre, Abdallah Hamdok, et son épouse ont été arrêtés. Comme tous les membres de son gouvernement. Les préfets ont été démis de leurs fonctions. Le Conseil de souveraineté n’est plus : cette instance chargée de mettre en place des institutions démocratiques était gérée à la fois par des civils et par des militaires. Les derniers ont arrêté les premiers.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Afrique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs