Accueil Culture Musiques

Eugène Onéguine brûlant de passion à l’Opéra royal de Wallonie

Le premier opéra en russe que dirige Speranza Scappucci est une belle réussite. A découvrir à Liège jusqu’à la fin du mois.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 3 min

Inspiré par le roman homonyme de Pouchkine, Eugène Onéguine fut composé par Tchaïkovski entre juillet 1877 et janvier 1878, une période particulièrement féconde, où il est au sommet du romantisme et où il travaillait également sur sa Quatrième symphonie. Un opéra (ou plutôt « scènes lyriques ») qui met en scène les premiers émois amoureux de quatre jeunes gens, Onéguine, Tatiana, Lenski et Olga, dans une histoire entre amours contrariées, rivalité, nostalgie et occasions manquées. Et une œuvre baignée par une passion dévorante qui inonde la production proposée en cette fin octobre à l’Opéra royal de Wallonie-Liège et ses intervenants. D’un côté, un casting russophone de haut vol, spécialiste de ce formidable répertoire. De l’autre, une cheffe remarquable et une maison entière qui a fourni un travail de précision afin de servir au mieux l’œuvre de Tchaïkovski.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs