Accueil Opinions

En 1940, l’occupant allemand transforme «Le Soir» en organe de propagande

On l’appelle « Le Soir volé ». Volé à ses propriétaires et à sa rédaction, le quotidien fut mis pendant quatre ans au service du IIIe Reich. Le « Faux Soir » restera dans l’histoire comme un prodigieux antidote à ce poison.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Forum Temps de lecture: 7 min

Nous sommes en 1940. Le 28 mai, l’armée belge capitule face aux troupes du IIIe Reich. L’occupant allemand fait alors rapidement main basse sur Le Soir. Il a compris l’intérêt qu’il peut y avoir à le transformer en organe de propagande. Le journal est finalement confisqué à ses propriétaires et sa rédaction initiale remplacée par une équipe de velléitaires au service de Berlin. Le 14 juin, lorsqu’il reparaît en librairie, Le Soir n’a plus rien du quotidien d’information indépendant né en 1887. Pendant quatre ans, c’est un Soir dit « volé » qui va diffuser une littérature mensongère, écrite à la gloire d’Adolf Hitler. Son tirage oscillera entre 200.000 et 300.000 exemplaires.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs