Accueil Société Enseignement

La pénurie de profs aggravée par l’abandon des jeunes

Entre les profs qui prennent leur pension anticipée (un sur cinq) et ceux qui la quittent prématurément (un sur trois), la profession souffre d’un manque d’organisation des carrières.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 7 min

Chaque année scolaire, le même refrain : la pénurie d’enseignants s’intensifie. Trouver un enseignant disponible fin octobre afin de remplacer un collègue relève de la mission impossible pour les directions et les pouvoirs organisateurs. « En début d’année, nous avons la chance de prendre le temps pour trouver la bonne personne, celle qui conviendra au cadre de l’école. Plus les années passent, plus la pénurie d’enseignants se marque tôt dans l’année scolaire », déplore Pierre-Michel Damay, directeur à Chapelle-lez-Herlaimont, dans la périphérie de Charleroi. « Dès le mois de novembre, voire d’octobre, nous arrivons en période de pénurie. On doit alors bricoler. Parfois en engageant des personnes qui n’ont pas le diplôme d’enseignant. »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

14 Commentaires

  • Posté par lambert viviane, mardi 26 octobre 2021, 17:07

    Depuis que l'enseignement à été confié aux économistes, il va très mal partout. La petite fédération Wallonie-Bruxelles n'y échappe pas.

  • Posté par collin liliane, mardi 26 octobre 2021, 17:53

    L'enseignement n'a pas été confié aux économistes, mais aux politiques et aux pédagogues qui bataillent ferme pour remporter le concours du laxisme.

  • Posté par lambert viviane, mardi 26 octobre 2021, 17:07

    Depuis que l'enseignement à été confié aux économistes, il va très mal partout. La petite fédération Wallonie-Bruxelles n'y échappe pas.

  • Posté par FR. W., mardi 26 octobre 2021, 14:00

    Etudier, endurer 8-10 années de précarité d'emploi, accepter un salaire de misère et travailler sous un "haut"-management qui passe sa carrière à surfer sur les buzz et prendre des décisions choc (avant de rétropédaler). Je ne vois vraiment pas pourquoi on manquerait des candidats. Sans rire, j'admire la motivation de beaucoup d'enseignants (et grand merci à eux pour tout ce qu'ils font chaque jour pour nos jeunes).

  • Posté par Raspe Eric, dimanche 31 octobre 2021, 19:33

    Mais qui mérite les daubes de staquet?

Plus de commentaires

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs