Accueil Belgique Politique

Pierre-Yves Jeholet sur le Codeco: «Il y a une volonté d’aller vite parce que les indicateurs sanitaires se détériorent»

Tous les chiffres sont en hausse. Les contaminations ont augmenté de 75 % par rapport aux chiffres de la semaine dernière. Le comité de concertation prévu vendredi a été avancé à mardi.

Temps de lecture: 3 min

Le comité ministériel restreint (kern) s’est réuni hier durant deux heures pour préparer le Comité de concertation qui devait se tenir vendredi mais qui se tiendra finalement mardi après-midi. Ils se pencheront sur la dégradation de la situation sanitaire en raison d’une reprise des contaminations au coronavirus et de mauvais indicateurs.

Pierre-Yves Jeholet (MR) était l’invité de Bel RTL ce mardi matin.

Le Codeco a été avancé de plusieurs jours. Une volonté d’être plus rapides ? Selon le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, « Il y a une volonté d’aller vite parce que les indicateurs sanitaires se détériorent. Le nombre de personnes en soins intensifs est l’élément le plus important à prendre en compte, même si on a encore un peu de la marge ».

« Il ne faut pas paniquer aujourd’hui. » Selon Pierres-Yves Jeholet, s’ils comptent remettre certaines mesures en place, c’est surtout pour faire preuve de vigilance et de prudence.

Quelles mesures ?

Il évoque la date du 29 octobre pour une prochaine entrée en vigueur de certaines mesures. « Ces mesures prises en urgence sont d’abord là pour rappeler qu’on ne va pas fermer. Il n’est pas question de prendre de mesures de restrictions d’activités aujourd’hui. » Il ajoute qu’il n’est pas question à ce stage de prolonger les congés de Toussaint, même de deux jours : « On l’avait fait l’année dernière, et cela n’avait pas du tout porté ses fruits. » Il ne privilégie pas non plus l’enseignement hybride, au contraire.

Masques en classe ?

A priori, selon le ministre-président, ce n’est pas une décision qui sera prise par le Codeco aujourd’hui. « On ne va pas imposer le masque en Wallonie dans le secondaire ce soir. » Il y aura un débat sur ce sujet. En Flandre le masque n’était plus obligatoire dans certains lieux, comme les magasins. Le Covid Safe Ticket n’est pas non plus d’application : « On ne l’imposera probablement pas, mais on essaiera de convaincre la Flandre. » Pierre-Yves Jeholet ne se dit pas « fan » du CST, mais selon lui « C’est un mal nécessaire pour que certains secteurs puissent rester ouverts ».

Lorsque le pass sanitaire est d’application, le port du masque n’est pas obligatoire. Cela pourrait changer si une commune voulait l’imposer par exemple, en plus du CST. Les mesures en vigueur pour un événement seraient en fonction de l’organisateur.

Arrêter de stigmatiser

Il ne faut ni stigmatiser les jeunes, ni les enfants, ni les Wallons. « Le virus circule partout. Certains pointent un peu facilement les écoles du doigt. » Les enfants, même s’ils sont infectés, ne développent pas la maladie.

Ce n’est pas non plus la faute des francophones selon lui. « Les stigmatiser, ça, je ne peux pas l’accepter. Je pense que c’est un peu facile. Au début, c’était Anvers qui avait posé problème. »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Drumberg Benoit, mardi 26 octobre 2021, 9:06

    Il est trop tard !De nombreux Belges ne sont plus disposés à appliquer vos mesures puisque vous êtes incapables de faire face à ceux qui sont à l'origine de ce rebond épidémique en imposant la vaccination ! Marre de trinquer pour ceux qui ne veulent pas se faire vacciner !

  • Posté par Rabozee Michel, mardi 26 octobre 2021, 9:15

    D'accord avec vous, les anti-tout sont une plaie (à la limite, ils causent aussi des dommages psychologiques à ceux qui tombent sur ce qu'ils écrivent un peu partout, on a l'impression qu'ils font tout pour qu'on n'en sorte pas et qu'ils se complaisent dans le chaos). Mais il faut tenir bon (au pire - pour eux - le karma finira par se charger d'eux), et de nous-mêmes respecter certains mesures barrières (notamment celles lâchées bien trop vite pour des raisons communautaristes); le masque, la prudence ne sont pas vraiment des mesures très contraignantes.

Sur le même sujet

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs