Accueil Culture Cinéma

«Antlers» («Affamés»): un film d’horreur comme un miroir

Bousculer Mère Nature n’est jamais une bonne idée. «  Antlers », le cinquième long-métrage de Scott Cooper, l’illustre classiquement.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Le carton glissé en préambule de ce cinquième film signé Scott Cooper est on ne peut plus explicite. « La Terre a été pillée, cela a réveillé un esprit maléfique. » Nous sommes dans l’Oregon, au fond d’une mine servant de refuge et de labo à deux trafiquants et consommateurs auxquels un funeste sort ne va pas tarder à être réservé. Le fils de l’un d’eux y entre à son tour : il ne va pas en ressortir indemne… Les premières minutes d’ Antlers, Affamés en français, sont glaçantes comme la météo dans ce coin désolé des Etats-Unis. Dans le rôle de Lucas, le frère du gamin évoqué ci-dessus, on découvre Jeremy T. Thomas. Et dans celui de Julia Meadows, l’institutrice qui tente de comprendre qui est véritablement cet élève émacié, souffreteux et tout à fait renfermé, on retrouve Keri Russell, récompensée en 99 d’un Golden Globe pour son travail dans la série Felicity , espionne dans The Americans

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs