Accueil Société

Pauvreté: «Sans les Restos du Cœur, on mangerait des cailloux»

La crise sanitaire a aggravé la pauvreté en Belgique en 2020. Et celle-ci n’a pas baissé avec le déconfinement. En milieu rural, là où il n’y a pas de restaurant social, un foodtruck vient livrer les colis alimentaires aux plus démunis.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 5 min

Je viens ici deux fois par mois depuis un an. J’ai eu des soucis financiers et des problèmes de santé. » Tout en trimbalant ses deux sacs de provision, Béatrice se raconte avec gentillesse. Elle vient de faire le plein de victuailles au « foodtruck » du Resto du Cœur qui, comme presque tous les lundis, fait escale à Beaumont pour y distribuer des colis alimentaires.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par J.-M. Tameyre, mardi 26 octobre 2021, 22:08

    "Certaines personnes seraient encore dans la pauvreté car elles peinent à gérer leurs revenus sans l’aide des services sociaux." J'en connais plusieurs, de tous milieux. Même s'ils recevaient 5.000 nets par mois, en une semaine tout serait dépensé. On les appelle communément "paniers percés". Est-ce au pays à toujours et sans cesse s'acharner à aider ces gens ? Ou préfère-t-on continuer à les infantiliser pour qu'ils soient politiquement redevables ?

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs