Accueil Ma Santé

Qu’est-ce que la spasticité, ce déficit fréquent chez les victimes d’AVC?

Le 29 octobre, c’est la Journée mondiale de l’AVC. L’occasion de sensibiliser à l’un des déficits permanents qu’il peut induire : la spasticité. Une affection traitée, entre autres, par la toxine botulique, aujourd’hui mieux remboursée.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Chaque jour, en Belgique, 52 personnes sont victimes d’un accident vasculaire cérébral, ce qui porte le nombre de patients concernés par cette urgence médicale dans notre pays à 19.000 par an. Un tiers d’entre eux développera dans l’année suivante une spasticité, autrement dit une hypertonie musculaire. « Il s’agit d’un raidissement ou d’une contraction musculaire involontaire, le patient ne la contrôle pas », développe le Pr Thierry Deltombe, chef du service de Médecine physique et réadaptation du CHU UCL Namur. « En fonction du muscle touché, il se retrouve par exemple dans l’impossibilité de contrôler le dépliement de sa main. D’autres ont des doigts de pied en griffe. C’est non seulement douloureux mais aussi sérieusement invalidant puisque cela rend difficile l’accomplissement de nombreuses activités quotidiennes à la maison ou au travail ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Ma Santé

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs