Accueil Monde Afrique

Les experts ont rendu leur rapport à la Commission spéciale sur le passé colonial belge

« Le but du présent rapport n’est pas de prendre des décisions mais d’éclairer les décisions qui reviennent aux membres de la Commission spéciale », peut-on lire dans le rapport en question qui comporte 689 pages.

Temps de lecture: 3 min

Les dix experts chargés par la Commission parlementaire spéciale sur le passé colonial pour guider les parlementaires dans leur travail ont rendu leur rapport. Il a été publié mardi sur le site de la Chambre. Le but de ce rapport était de clarifier certains enjeux et d’exposer les diverses options qui se présentent aujourd’hui aux membres de la Commission spéciale.

La Commission parlementaire spéciale « Congo – passé colonial » a démarré à l’été 2020 dans le contexte des répercussions en Belgique du mouvement « Black Lives Matter » et des regrets exprimés par le roi Philippe le 30 juin de la même année concernant les conséquences de la colonisation au Congo. L’une des premières tâches de cette commission a été de nommer dix experts chargés d’assister les membres du Parlement dans leur travail. Ce sont donc dix experts qui ont dû examiner le passé colonial de la Belgique de différents points de vue.

Ces dix experts ont à présent terminé leur rapport qui a été publié mardi sur le site de la Chambre. « Une nouvelle étape dans le traitement du passé colonial de notre pays », a déclaré le député Groen Wouter De Vriendt, qui préside la Commission spéciale. Celui-ci a remercié les experts « pour leur travail inestimable sur un sujet très délicat, dans des circonstances difficiles et dans un délai limité. »

« Le but du présent rapport n’est pas de prendre des décisions mais d’éclairer les décisions qui reviennent aux membres de la Commission spéciale », peut-on lire dans le rapport en question qui comporte 689 pages. La démarche entreprise dans le cadre de ce rapport est triple : « appréhender avec le plus de justesse possible les réalités concrètes de la période coloniale et leur impact à long terme », « un travail de mémoire et de réparation qui peut être entrepris aujourd’hui dans le cadre de la Commission spéciale ». Le rapport invite aussi « à s’interroger sur les liens qui existent entre le colonialisme et le racisme ».

Concernant les réparations, une des expertes du groupe de travail, l’historienne de l’art Anne Wetsi Mpoma, plaide en faveur de la reconnaissance de la colonisation du Congo comme un crime. Elle ne se prononce néanmoins pas sur l’ampleur du dommage en chiffres. « Le préjudice subi est impossible à quantifier, ce qui ne change rien au fait qu’il doit être réparé par une compensation financière. »

En juin 2020, le roi Philippe avait exprimé ses « plus profonds regrets » pour les « actes de violence » et les « souffrances » infligés au Congo léopoldien puis belge. Toutefois, cela n’équivaut pas encore à des excuses, et aucune conséquence juridique – par exemple, sous la forme d’une indemnisation – n’y est associée. La Commission parlementaire spéciale sur l’histoire coloniale de la Belgique doit décider en dernier ressort de la manière dont le passé doit être géré.

Le rapport des experts est le point de départ du travail effectif de cette commission. Après sa présentation au Parlement, une décision pourra être prise sur la poursuite des travaux.

Selon M. De Vriendt, il est particulièrement important de ne pas procéder trop rapidement. « Notre pays a une responsabilité historique envers les victimes des méfaits du colonialisme. Cette tâche est trop importante pour être abordée à la hâte. La commission ne fera pas de miracle à court terme. »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

14 Commentaires

  • Posté par Raurif Michel, jeudi 28 octobre 2021, 14:08

    A lire les conclusions, il semblerait que les allemands se soient servis du modèle belge pour leur camps de concentrations !!! Faut tout de même pas exagérer !!!! Le Congo était beaucoup mieux sous l'" occupation " des belges que sous la conduite des " frères africains " !!!!!

  • Posté par STORDIAU Pierre, jeudi 28 octobre 2021, 11:06

    Très gros filtrage de ces évènements par des idéologues; notamment l'artiste Anne Wetsi Mpoma qui prononce déjà les "conclusions" avant toute démonstration ( il s'agirait d'un "crime" ... demandant "réparation") ; Mais dont le but inavoué est de SOUTIRER DE L'ARGENT ou de le monnayer pour faire venir des migrants de sa tribu ! Que voulez-vous, le pauvre peuple congolais vit sous le joug de la CORRUPTION permanente et ne sait plus comment s'en sortir !

  • Posté par STORDIAU Pierre, jeudi 28 octobre 2021, 11:49

    C'est certain qu'une (bonne) partie des échanges Nord-Sud ne sont pas altruistes et ainsi en a été cette époque coloniale. ite misa est ; amen . Mais bon sang, messieurs les "experts" à roulettes ! Est-ce qu'en Occident et dans ce monde dit de "consommation" et CAPITALISTE les échanges sont-ils "altruistes" ? Faut-il aller en Afrique ou piocher dans la passé ... pour constater que le moteur de nos économies sont axée sur le PROFIT ? Welcome in the real world, my friend ! LOL. Et arrêtez de gaspillez l'argent du contribuable pour "enfoncer des portes ouvertes" et pondre des tonnes de papier (chiottes). Merci.

  • Posté par Otte Gérard, jeudi 28 octobre 2021, 0:14

    Quid des compensations aux victimes blanches d'exactions début années 60 ?

  • Posté par Van Boeckel Didier, mercredi 27 octobre 2021, 22:25

    Et pourquoi pas créer une commission pour demander aux jeunes générations d’Allemands de nous verser des compensations pour les deux fois quatre années d’occupation et d’exactions provoquées par leurs grands-parents ! Arrêtons ce lamentable esprit de revanche et de victimisation qui ne provoque que des rancœurs. Il existe d’autres enjeux qui concernent notre futur immédiat !

Plus de commentaires

Aussi en Afrique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs