Accueil Belgique Politique

Bert Wollants (N-VA): «Le nucléaire doit continuer à jouer un rôle important en Belgique»

Bert Wollants, député N-VA spécialiste de l’énergie, estime que la Belgique va droit dans le mur en fermant son parc nucléaire en 2025 pour le remplacer par du gaz, « plus polluant et plus cher ».

Article réservé aux abonnés
Chef du service Enquêtes Temps de lecture: 7 min

Dans le match au sommet qui oppose le gaz au nucléaire pour devenir le parfait allié du renouvelable dans le futur énergétique du pays, la N-VA a choisi son camp depuis belle lurette. « Le nucléaire doit continuer à jouer un rôle important dans le mix énergétique. On a la possibilité de prolonger nos deux plus jeunes réacteurs, pour réduire notre dépendance au gaz dont le prix s’envole et qui émet beaucoup de CO2. Alors prolongeons-les », lance le député fédéral Bert Wollants, spécialiste du dossier au sein du parti nationaliste.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

17 Commentaires

  • Posté par Esquenet Alexandre, jeudi 28 octobre 2021, 16:49

    Phase 1: le déni.

  • Posté par Chalet Alain, jeudi 28 octobre 2021, 13:16

    La solution la plus efficace et la moins néfaste pour notre climat est de construire rapidement de nouvelles centrales nucléaires, pas des centrales au gaz.

  • Posté par dercq jul, jeudi 28 octobre 2021, 14:14

    Exactement

  • Posté par Casier Etienne, jeudi 28 octobre 2021, 10:25

    Le Soir pourrait-il nous éclairer sur les points suivants : Le jeudi 5 mars en Belgique, la Cour constitutionnelle belge a annulé la loi de 2015 qui prolonge l’activité des réacteurs nucléaires de Doel 1 et 2 (près d’Anvers dans le nord de la Belgique), car elle n’a pas été accompagnée d’une étude d’incidences environnementales. La Cour constitutionnelle a néanmoins maintenu les effets de la loi jusqu’au 31 décembre 2022, date à laquelle devront être assurées une étude d’incidences environnementales, une enquête publique, ainsi qu’une consultation transfrontalière. Cet arrêt d’annulation aura des implications en Europe, notamment en France ! Il sera compliqué, à l’avenir, de prolonger la durée de vie d’une centrale nucléaire sans réaliser d’étude d’impacts et des consultations publiques. Ce genre de procédures peut durer entre un et deux ans. Il semble donc désormais exclu de prolonger une centrale à la dernière minute

  • Posté par Fonder Daniel, jeudi 28 octobre 2021, 10:44

    Vous polluez ces commentaires par des informations connues. Malheureusement pour vos convictions, les études d'impacts sur la prolongation ou la construction n'ont jamais débouché sur des nuisances objectives et mesurables. gardez donc vos rêves et vos angoisses profondes au sein de votre communauté.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs