Accueil Sports Football Football belge Anderlecht

Anderlecht avait une faim de loup

Très loin d’évoluer avec une équipe B, le Sporting n’a pas fait dans le détail en se mettant très vite à l’abri au fil d’une prestation sérieuse, ponctuée par 7 buts.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Allumage des lampions, tournoiement d’écharpes datant parfois de la victoire en Coupe en 2003, attaque des flonflons par une sono incandescente et animation assurée dans la Curva Sud par le chœur des Green Boys et du Wolf Side à l’unisson : pas de doute, mercredi soir le Tivoli a rouvert ses portes avec une générosité bien plus large que lors des rencontres d’une D2 ACFF que la Raal domine de la tête et des épaules. Quinze ans après le dernier match de D1 (La Louvière-Charleroi : 2-2, le 30 avril 2006) dans ce petit stade au charme désuet mais toujours aussi attachant, les dernières traces de la faillite de l’ancienne Raal gangrenée jusqu’à la moelle ont été effacées par la magie d’une soirée de gala contre Anderlecht.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Anderlecht

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs