Accueil Monde France

France: quatre acteurs de films pornos mis en examen pour viol

Ce serait la première fois que des acteurs sont poursuivis pour viol dans les investigations visant l’industrie pornographique en France.

Temps de lecture: 2 min

Quatre acteurs ont été mis en examen le 22 octobre pour « viol » lors de tournages, dont trois incarcérés, dans l’enquête à Paris sur la plateforme de vidéos pornographiques « French Bukkake », a-t-on appris jeudi de sources judiciaire et proche du dossier confirmant une information de BFMTV. La plateforme a été fermée sur réquisition judiciaire et présentait des vidéos mettant en scène une femme comme proie de nombreux hommes.

Ce serait la première fois que des acteurs sont poursuivis pour viol dans les investigations visant l’industrie pornographique, selon la source proche du dossier. Les gendarmes de la section de recherches de Paris enquêtent sur ce site depuis février 2020. Le parquet de Paris avait ouvert une information judiciaire le 17 octobre visant la plateforme. Grâce à un travail minutieux, les enquêteurs avaient pu établir que les actrices n’étaient pas toujours consentantes. Des films avaient été signalés sur les réseaux sociaux dès 2018.

Depuis, une cinquantaine de victimes auraient été identifiées, selon deux sources proches du dossier. Dans cette enquête, quatre personnes, dont les producteurs surnommés « Pascal OP », créateur du site, et « Mat Hadix », avaient été mises en examen notamment pour « viols », « proxénétisme » et « traite d’êtres humains » aggravés en octobre 2020. Parmi les acteurs interpellés, figurent ceux connus sous les pseudos de « Tonio Love » et « Eddy Blackone ». Ils auraient expliqué au juge d’instruction, sans le convaincre, qu’ils pensaient que les consentements des actrices avaient été obtenus avant les tournages.

Un pas en avant important

«C’est très bien, ça fait du ménage ! Tout le monde a un comportement d’autruche» sur ce qui se passe lors des tournages, a réagi auprès de l’AFP Nikita Bellucci, actrice, réalisatrice et productrice indépendante de films pornographiques.

«On travaille avec l’intimité d’actrices, avec des êtres humains, on doit faire attention et pas seulement exécuter des ordres», a ajouté Nikita Bellucci qui a elle-même connu une mauvaise expérience. «Il faut arrêter de se cacher en disant: ‘le réalisateur a dit que c’était consenti donc je le fais’».

«Ce qui a été commis sur ces plateaux de tournage ce sont des viols et donc chaque acteur ayant participé à ces scènes peut être inquiété pour des faits de viol aggravé, voire torture et actes de barbarie», a considéré Me Lorraine Questiaux, avocate de plusieurs victimes, contactée par l’AFP.

«Potentiellement, ça peut viser tous les autres plateaux de pornographie en France et dans le monde. D’autres investigations ont été ouvertes ailleurs dans le monde», a-t-elle précisé.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs