Accueil Culture Scènes

«Dancing public»: la folie dansante de Mette Ingvartsen

Seule au milieu du public, la danseuse et chorégraphe remonte le temps et explore divers épisodes où la danse a envahi l’espace public… pour mieux nous faire danser.

Article réservé aux abonnés
Chef adjoint au service Culture Temps de lecture: 3 min

Surprise à la Biennale de Charleroi Danse en pénétrant dans la grande salle des Ecuries : ni gradins ni scène mais un vestiaire où les spectateurs sont invités à déposer vestes, sacs et autres éléments encombrants. On peut ensuite passer de l’autre côté des hauts rideaux de scène pour déboucher dans un espace plutôt sombre, façon boîte de nuit. Un DJ se charge d’ailleurs d’envoyer une musique de circonstances aux rythmes de basse irrésistibles.

D’un coup, Mette Ingvartsen apparaît au beau milieu du public disséminé un peu partout dans l’espace. En short, t-shirt et bottines noires, elle affiche un large sourire et passe de l’un à l’autre en dansant et en répétant comme un mantra le programme de la soirée : « Ce soir, je vais danser ! Ce soir mes pieds vont danser ! Ce soir, mon sang va danser ! Ce soir, nous allons danser ! »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Scènes

Critique Petit garçon en robe, «Norman» questionne la norme

Déjà sollicité en Irlande, au Québec ou chez nos voisins flamands, « Norman » fait figure de pépite jeune public. Trajectoire d’un petit garçon qui vit un enfer depuis qu’il va à l’école en robe, la pièce se poursuit par des rencontres avec les enfants, autour du « il », du « elle » et du « iel ».

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs