Accueil Monde Europe

Etat de droit: l’ambassadeur de Belgique convoqué par la Pologne suite au discours de De Croo

Une décision qui suit de quelques jours le discours du Premier ministre Alexander De Croo au collège d’Europe à Bruges. Il avait évoqué des mots durs à l’encontre de son homologue polonais.

Temps de lecture: 2 min

L’ambassadeur de Belgique à Varsovie, Luc Jacobs, a été convoqué par le gouvernement polonais pour s’expliquer à la suite du discours virulent tenu mercredi par le Premier ministre belge Alexander De Croo, au collège d’Europe (Bruges), sur les atteintes à l’État de droit dans ce pays.

L’entretien doit avoir lieu cet après-midi, a-t-on appris vendredi auprès des Affaires étrangères de Belgique.

Interrogé, le cabinet du Premier ministre y voit la signification que le message du discours « a été entendu » à Varsovie. Ce discours a d’ailleurs eu « énormément de retombées », se félicitait la chancellerie, précisant qu’il a déjà été vu plus de 300.000 fois sur les médias sociaux.

Dans ce discours, le Premier ministre Alexander De Croo avait mis en garde son homologue polonais, Mateusz Morawiecki, contre une escalade du conflit à propos des règles de base de l’État de droit et du projet européen.

« À ceux qui donnent des interviews incendiaires dans le Financial Times et pensent qu’il est nécessaire de déclarer une nouvelle guerre mondiale, je veux dire : vous jouez à un jeu dangereux, vous jouez avec le feu lorsque vous partez en guerre contre vos collègues européens pour des raisons de politique intérieure », avait déclaré M. De Croo, en référence à des mots durs de M. Morawiecki dans l’édition de lundi du journal financier britannique.

Le dirigeant ultra-conservateur et nationaliste avait menacé d’utiliser « tous les moyens disponibles » si l’Union européenne continuait de s’opposer aux réformes judiciaires que son gouvernement a mises en œuvre, selon lui pour éradiquer la corruption. Mais, selon l’UE, ces réformes portent atteinte à la séparation des pouvoirs dans le pays et l’indépendance des juges. Le différend a atteint son paroxysme lorsque la Cour constitutionnelle de Varsovie, à la suite d’une question de M. Morawiecki, a statué que certaines parties des traités européens violaient la constitution polonaise.

Reynders « content »

De son côté, Didier Reynders, le commissaire européen à la Justice, s’est dit « content de cette décision » de la Cour de justice de l’Union européenne qui a condamné la Pologne à une astreinte d’un million d’euros par jour pour ne pas avoir suspendu la chambre disciplinaire de la Cour suprême, qui remet en cause selon elle le principe d’indépendance de la justice.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Naeije Robert, vendredi 29 octobre 2021, 16:48

    De Croo se comporte comme un gamin mal éduqué qui donne des leçons aux adultes. Les Polonais croient encore en une diplomacie et des bonnes manières. Ils ont raison de ne pas se laisser faire.?

  • Posté par CORNEZ JEAN, samedi 30 octobre 2021, 12:09

    Puisque vous trouvez que la Pologne est un paradis, nous ne vous retenons pas, allez habiter là-bas.

  • Posté par Frissen Jean-Marie, vendredi 29 octobre 2021, 18:00

    Quand on entre dans un club, on y respecte les règles. On ne demande pas aux Polonais de rendre l'IVG ou l'euthanasie obligatoires (comme le sous-entendait un intervenant un peu bruyant sur ce sujet il y a peu). Il s'agit simplement de respecter la base même de ce qu'est l'Etat de droit, en l'occurrence la démocratie par la séparation des pouvoirs. Non, les Polonais ne font pas ce qu'ils veulent sur ce sujet là ! Ni dans le cadre de la liberté des médias et de leur absolue indépendance. Donc, que vous n'aimiez pas De Croo (ou les libéraux en général peut-être) est une chose. Mais son discours qui défend des valeurs essentielles et non-discutables était tout à faut légitime. Ne vous en déplaise !

  • Posté par Esquenet Alexandre, vendredi 29 octobre 2021, 17:19

    Les Polonaises sont extrèmement déçues du pouvoir en place.

  • Posté par Drumberg Benoit, vendredi 29 octobre 2021, 14:47

    Avons- nous vraiment des comptes à rendre à ses profiteurs ?

Sur le même sujet

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une