Accueil Opinions Cartes blanches

COP26: entre la logistique et le climat, la Wallonie doit choisir!

La Wallonie doit revoir la place de la logistique dans son développement, notamment à l’occasion de la COP26 qui s’ouvre ce lundi.

Carte blanche - Temps de lecture: 4 min

La COP26 démarre lundi. Le constat est clair : au rythme actuel, nous ne parviendrons pas à limiter le réchauffement de la planète en dessous des 1,5 ºC qui nous permettraient pourtant d’éviter les pires scénarios catastrophes. Même la cible officielle de 2 ºC, pourtant largement insuffisante, sera dépassée. Il est donc urgent d’accélérer et d’intensifier les efforts.

Dans ce contexte, la Belgique, à l’image des autres pays du monde, en particulier les plus riches, doit revoir ses ambitions à la hausse. Cela vaut aussi, naturellement, pour ses entités fédérées. On accuse souvent – en partie à raison – la Région flamande de freiner le reste du pays sur ces questions. Mais la Wallonie est loin d’être un élève modèle. Parmi ses incohérences les plus manifestes, celle de continuer de vouloir miser sur la logistique comme pôle majeur de son (re)déploiement économique.

L’exemple d’Alibaba

L’arrivée du géant chinois du e-commerce Alibaba à l’aéroport de Liège en est un exemple particulièrement emblématique. Selon les calculs du climatologue Pierre Ozer de l’ULiège, la hausse des émissions de CO2 consécutive à l’augmentation de l’activité aérienne à Liège-Airport a annulé – entre 2013 et 2018 – la totalité des efforts de réduction menés en parallèle à l’échelle… de toute la Wallonie. La Région Wallonne a beau jeu de répondre que formellement ces émissions ne lui sont pas imputables puisqu’elles relèvent d’un secteur – le transport international – qui échappe pour l’heure aux comptabilités nationales en matière de réduction des GES. Une pirouette qui lui permet d’annoncer fièrement l’objectif de neutralité carbone pour l’aéroport de Liège à l’horizon 2030, mais sans y inclure les émissions liées aux avions !

L’argument risque toutefois de faire long feu. L’inclusion des émissions – considérables – du transport international dans les objectifs de réduction de l’Accord de Paris est en effet précisément au menu des discussions de la COP26. Et quelle que soit la méthode qui sera finalement retenue, elle risque de faire mal pour la Wallonie, dont elle va mécaniquement alourdir le bilan en matière de contribution au réchauffement climatique – et donc les efforts à fournir pour respecter ses engagements.

L’urgence de changer de modèle

Mais l’essentiel n’est pas là. Tous les scientifiques s’accordent pour dénoncer l’urgence et la gravité de la situation. Sans des changements rapides et massifs dans nos modes de production et d’échange, nous courrons droit à la catastrophe (à vrai dire, elle a même déjà commencé, comme l’ont encore montré les événements de cet été). Dans ce contexte, il est incompréhensible et même criminel de la part de la Région Wallonne de continuer de miser sur la logistique comme « pôle de compétitivité » majeur, avec notamment la poursuite d’investissements publics massifs dans des infrastructures comme l’aéroport de Liège. Ceux-ci sont en effet doublement nocifs pour le climat et l’environnement. D’une part, à travers les pollutions et les nuisances directes qu’ils génèrent (émissions de CO2, particules fines, bétonisation des sols). D’autre part, parce qu’ils visent précisément à accélérer et à intensifier la production et la consommation de marchandises à des échelles toujours plus lointaines, alors même que ces tendances sont au cœur des crises écologique, sociale et même sanitaire que nous vivons.

Il est encore temps pour la Wallonie de se ressaisir. En réalité, elle n’a pas le choix, puisqu’à défaut de les anticiper, les ajustements rendus nécessaires par la crise environnementale vont finir par s’imposer à nous, de gré ou de force. La bonne nouvelle, c’est que tourner le dos à la logistique – comme à bon nombre d’autres industries polluantes – peut se révéler gagnant aussi bien d’un point de vue environnemental que socioéconomique. Car là aussi, en effet, le bilan en termes de quantité et de qualité des emplois est loin d’être reluisant…

La transition vers un modèle économique qui soit respectueux à la fois des travailleurs et de l’environnement ne se fera évidemment pas en un jour. Mais la COP26 offre une occasion de plus à la Wallonie de se montrer (enfin) à la hauteur des enjeux. Et surtout de joindre le geste à la parole. Parmi les actes concrets qu’elle pourrait poser : déclarer un moratoire immédiat sur tous les projets logistiques – à commencer par ceux qui concernent l’extension de l’aéroport de Liège – le temps de mener un véritable débat démocratique sur le rôle et la place que l’on souhaite accorder à cette industrie dans le développement futur de notre région.

*www.gresea.be

www.cetri.be

www.stopalibaba.com

À lire aussi Glasgow : le monde à l’épreuve de l’urgence climatique À lire aussi A la COP26 à Glasgow, la Belgique est attendue au tournant

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par Bodart Anne, mardi 9 novembre 2021, 18:34

    ben oui c'est anormal, un secteur qui marche en Wallonie. sabotons le vite, ça fait désordre..

  • Posté par Chalet Alain, mardi 2 novembre 2021, 0:22

    C'est bien de vouloir agir pour préserver notre climat. C'est même indispensable. Mais un article absurde et nombriliste comme celui-ci ne fait vraiment pas progresser les choses.

  • Posté par Delpierre Bernard, dimanche 31 octobre 2021, 10:43

    En ayant réagi émotionnellement à la catastrophe de Fukushima, Madame Merkel a brutalement abandonné l'énergie nucléaire remplacée surtout par l'énergie à base de charbon et de lignite, combustibles particulièrement polluants en C02 et qui replace son pays au sommet des pollueurs; bien sûr que l'aviation reste un problème mais on ne s'en passera pas , il faut raison garder surtout pour l'emploi en Wallonie ...

  • Posté par Naeije Robert, lundi 8 novembre 2021, 17:20

    Oui, un Allemand produit trois fois plus de CO2 qu'un Français. La différence s'explique par l'énergie nucléaire produite en France

  • Posté par D Marc, samedi 30 octobre 2021, 22:36

    Les COP sont des parties de poker à différentes tables. La table des G20 qui vient de se terminer à Rome avec un accord fiscal (impôt minimum de 15%) mais aucun accord sur le climat. Chacun fait semblant de vouloir faire un effort mais veut protéger sa part du gâteau. C'est dans ce cadre que l'UE (la Belgique - Wallonie) ne veut pas céder les activités de son aéroport à un voisin. Une autre partie de poker va se jouer à Glasgow. Les pays en voie de développement vont demander de l'argent pour pouvoir produire autant de CO2 que les pays développés. L'obole va tomber pour acheter le silence. A la COP 27 on s'apercevra que le climat n'a jamais été aussi bouleversé qu'avant les COP.

Plus de commentaires

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs