Accueil Les racines élémentaires

Les Racines élémentaires de Raoul Servais: «J’ai voulu, obstinément, mettre en image mes rêves ou mes cauchemars»

Une exposition rétrospective au Musée BELvue à Bruxelles, une salle dédiée aux côtés d’Ensor et Spilliaert au Mu.Zee d’Ostende : deux formidables occasions pour refaire avec Raoul Servais – 93 ans – le chemin vers les racines de cette légende du cinéma belge.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 8 min

Première Palme d’Or du cinéma belge, Lion à Venise, inventeur de la « servaisgraphie », Raoul Servais, qui vit au milieu des polders, non loin des plages de son enfance, est une légende. Dans son sillage résonnent les noms de Paul Delvaux, René Magritte, Léon Spilliaert, Henri Storck, James Ensor ou encore François Schuiten. Sa filmographie est composée de quinze courts-métrages et un long, petites merveilles d’animation à la renommée internationale. On peut voir son empreinte à la station de métro Houba-Brugmann égayée de 15 tableaux qui mêlent animation et peinture. Fondateur de la section « animation » à l’Académie des Beaux-Arts de Gand en 1963, professeur pendant plus de trente ans, Raoul Servais a su transmettre sa passion et son savoir à des centaines d’étudiants.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Les racines élémentaires

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs