Accueil

«Il y a des rues à éviter»

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min

Fares, 15 ans, a débarqué au parc Maximilien cet été. Croisé dans la gare du Nord, le jeune Erythréen raconte la déroute de l’arrivée dans le quartier. « Quand des nouveaux arrivent je leur dis qu’il faut s’inscrire sur la liste d’attente pour avoir une place d’hébergement [pendant six semaines dans le centre géré par la Plateforme citoyenne]. Après, je leur explique qu’il y a des endroits qu’il vaut mieux éviter sauf si on n’a pas le choix. Comme les rues où il y a les vitrines parce qu’il y a souvent des descentes de police. C’est vraiment dur de dormir dehors, surtout maintenant avec le froid. Quand je suis arrivé, il faisait plus chaud, mais c’était quand même très dur. Je suis tombé malade et on m’a volé mes affaires : mes habits le premier jour, mon sac de couchage et mes couvertures le lendemain. Et puis il y a parfois des personnes mal intentionnées ou alcoolisées qui viennent chercher des problèmes. Ça arrive que les policiers te disent de partir. Mais ils ne t’expliquent pas vraiment, alors on ne sait pas où aller.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs