Accueil Opinions

Faut-il rouler moins vite pour préserver la planète?

Imposer les 90 km/h sur certaines autoroutes passant en ville ? Certains maires français y songent. Les bénéfices sont difficiles à mesurer mais semblent réels.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

La ministre française de l’Ecologie, Ségolène Royal (PS), a indiqué il y a quelques jours qu’elle autorisera les maires qui le désirent à limiter à 90 km/h la vitesse maximale sur des tronçons d’autoroute traversant leur ville. C’est le cas de Valence. Objectif : lutter contre la pollution de l’air. Efficace ? De nombreuses études ont tenté de mesurer les effets d’une réduction de la vitesse de circulation sur la pollution, le niveau de bruit, la congestion et la sécurité routière. Pas facile : les chiffres ne sont pas toujours disponibles. Les méthodologies diffèrent. Par ailleurs, les mesures dépendent de la fluidité, de la géographie et de la nature du trafic (plus ou moins de poids lourds). L’Agence française de l’Environnement a récemment résumé plus d’une quinzaine d’études réalisées un peu partout en Europe.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs