Accueil Opinions Éditos

Dopage: être sans concession même si ça fait mal

Les seuls vainqueurs de la quinzaine olympique a dépassé tout ce qu’on avait osé imaginer en termes de manipulation, de tricherie et de cynisme. Et du dédain, on est passé au dégoût.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Sports Temps de lecture: 3 min

La lutte antidopage, après tant de coups bas déjà encaissés, n’a-t-elle pas reçu l’uppercut fatal, cette semaine, avec les aveux au New York Times de l’ancien directeur du laboratoire des Jeux olympiques d’hiver de Sotchi ? Alors qu’on croyait avoir tout vu en termes d’opération masquée avec l’affaire Armstrong, la mise au jour d’un système bien huilé de trafics d’éprouvettes mis sur pied avec la complicité des services secrets russes pour faire des athlètes (dopés) du cru les seuls vainqueurs de la quinzaine olympique a dépassé tout ce qu’on avait osé imaginer en termes de manipulation, de tricherie et de cynisme. Et du dédain, on est passé au dégoût.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par TOBIAS, dimanche 15 mai 2016, 13:24

    C'est drôle que la petite cycliste flamende à été si sévèrement punie et tous les autres ils s'en sortent qu'est ce qu'on doit penser de cela

  • Posté par TOBIAS, dimanche 15 mai 2016, 13:24

    C'est drôle que la petite cycliste flamende à été si sévèrement punie et tous les autres ils s'en sortent qu'est ce qu'on doit penser de cela

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs