Accueil Monde Asie-Pacifique

Chine: à Hong Kong, chanter un slogan mène à la case prison

La Loi de Sécurité nationale, imposée par Pékin en juin 2020, est en train, pas à pas, d’anéantir l’état de droit qui faisait la singularité de Hong Kong. Un corsetage qui écrase toutes les composantes de la société.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

A Hong Kong, un verdict historique rendu le 25 octobre a signé la mort de toute parole libre. Pour la première fois, un tribunal a jugé coupable un homme « d’incitation à la sécession » sur la seule accusation d’avoir chanté des slogans.

Ma Chun-man, livreur de repas de 31 ans, est la deuxième personne à avoir été jugée en vertu de la Loi de Sécurité nationale (NSL) promulguée par la Chine l’an dernier. Depuis, plus de 100 personnes ont été inculpées et seront jugées dans les mois à venir. La décision d’aujourd’hui créée un précédent.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Asie-Pacifique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs