Accueil Monde

Historiens belges et congolais pour «décoloniser» et repenser l’enseignement de l’histoire

Le colloque de Kinshasa « re-penser l’enseignement de l’histoire » a rassemblé des historiens belges et congolais soucieux de décloisonner l’histoire coloniale et de réconcilier les mémoires.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

S’il n’a pas surpris les historiens, le rapport des experts de la commission décolonisation a certainement bousculé les certitudes d’un large public. Cependant, dans les universités belges comme congolaises, il y a longtemps qu’une lame de fond se dessine : professeurs et chercheurs veulent décloisonner l’histoire coloniale, l’élargir dans le temps en remontant aux débuts de la traite négrière ainsi que dans l’espace, retrouver les liens qu’entretenaient les anciens royaumes du Congo avec leurs voisins et inscrire leur recherche dans le cadre plus large de l’histoire du continent.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

15 Commentaires

  • Posté par STORDIAU Pierre, dimanche 7 novembre 2021, 18:10

    Lorsque le Sénat Congolais, en la personne de son Président Modeste Bahati Lukwebo, nous affirme que ce rapport de 689 pages a IGNORÉ les aspects POSITIFS de la colonisation (sic)!! ... il n'y a plus rien a rajouter à cette bouffonnerie à laquelle se sont livré ces haineux "rapporteurs" . LOL.

  • Posté par Baeyens Remi, jeudi 4 novembre 2021, 10:30

    Sans Leopold II, le Congo actuel n'existerais pas. Le Congo, avant la colonisation n'était qu'un petit 'royaume' à l'embouchure du fleuve du même nom. A l'époque il y avait des multitudes de petits royaumes divers et éphémères qui se faisaient la guerre et lutter contre les esclavagistes à la seule exception du Rwanda et le Burundi. La colonisation a permis d'unifier ce puzzle et de l'amener à un état moderne . Malheureusement, ces guerres tribales ont réapparus entraînant des milliers de morts et des exactions cruelles. Ils se sont comportés comme des enfants: c'est pas moi c'est l'autre avec leur 'grand guide' et les lendemains qui chantent. Ils ont chanté, maintenant ils déchantent. En Belgique envahie par toute une série de puissances au cours de son histoire mais nous avons réussi à forger un sentiment national fort mais qui disparaît progressivement. C'est l'histoire. Faut-il pour cela trouver des boucs émissaires ?

  • Posté par Frippiat Yves-Marie, mercredi 3 novembre 2021, 20:57

    La ministre Désir, dans ce même dossier, soutient que le Congo a disparu des cours d'Histoire chez nous depuis 20 ans. Lors du mouvement "Black lives matter", j'ai transmis à son cabinet une copie des chapitres "colonisation" et "décolonisation" du cours que j'ai dispensé jusqu'à ma retraite. Il faut donc croire que j'étais seul de mon espèce dans toute la Communauté française. À moins qu'il ne faille à toute force, pour être dans le ton, faire aveu de mauvaise conscience.

  • Posté par jourdain Claude, mercredi 3 novembre 2021, 20:10

    Il faudrait aussi prendre en compte l'évolution de la population en Belgique depuis 150 ans. En d'autres termes, il conviendrait de rappeler que les Belges d'antan et ceux de nos jours ont des racines, des origines, des cultures bien différentes. Pour la grande majorité des élèves d'aujourd'hui, le Congo "Belge" ne signifie rien du tout. Cela me fait penser à l'enseignement d'antan dans les colonies francophones au trop célèbre et grotesque : "Nos ancêtres les Gaulois".

  • Posté par Stassart Guy, mercredi 3 novembre 2021, 9:46

    Tout cela uniquement pour des raisons financières. C'est très facile de juger actuellement les faits qui se sont passés il y a plusieurs décennies. Nous ne sommes pas responsables des exactions qui ont été commises. On pourrait également mettre dans cette balance financière tous les montants déjà versés aux Congo et qui ont été détournés par ses différents dirigeants

Plus de commentaires

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs