Accueil Monde France

Procès des attentats de Paris: la jeunesse enjolivée de Salah Abdeslam

« J’étais quelqu’un de gentil, je me suis laissé entraîner », a prétendu à la cour d’assises de Paris le seul membre encore en vie des commandos du 13 novembre.

Article réservé aux abonnés
Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 5 min

Il avait dû garder le silence pendant cinq semaines, quand les victimes se sont succédé à la barre du procès des attentats du 13 novembre 2015 pour raconter leur calvaire. Cette fois c’est son heure devant la cour d’assises spécialement composée qui juge les responsables présumés des massacres qui ont fait 130 morts au Stade de France, sur les terrasses et au Bataclan.

Salah Abdeslam, le seul survivant des commandos qui ont ensanglanté Paris et Saint-Denis parle pendant deux heures d’une voix calme. Fini, les diatribes de l’autoproclamé combattant de Daesh. Cheveux ras, barbe fournie, gilet clair, il répond avec une courtoisie très maîtrisée à la cour qui ne s’intéresse encore qu’à sa personnalité sans aborder le fond du dossier. « J’étais le quatrième d’une fratrie de cinq. J’étais quelqu’un de calme, de gentil », entame-t-il quand il raconte son enfance.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Mauer Marc, mercredi 3 novembre 2021, 7:54

    Pauvre petit bonhomme dont les conditions de détention le pousseraient au suicide ! C’est ce qu’il est qui devrait l’y pousser. On n’a pas promis le club med …

  • Posté par Dupont Vincienne, mercredi 3 novembre 2021, 1:53

    A vie et basta.

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs