Accueil Belgique Politique

Bea Diallo, premier échevin d’Ixelles démissionne et devient ministre en Guinée

L’ancien champion du monde de boxe Bea Diallo a accepté de participer au gouvernement de mission, d’union nationale et de transition guinéen mis en place par le président par intérim, le colonel Mamady Doumbouya.

Temps de lecture: 3 min

Le premier échevin socialiste de la commune d’Ixelles Bea Diallo démissionne de sa fonction, a fait part à Belga le président du PS bruxellois, Ahmed Laaouej, dans la nuit de mardi à mercredi. Le belgo-guinéen, ex-champion de boxe, a décidé de remettre son mandat car il a accepté le poste de ministre de la Jeunesse et des Sports dans le gouvernement de transition de Guinée.

M. Diallo a indiqué aux instances du PS bruxellois que son choix d’accepter ce poste en Guinée impliquait nécessairement la remise de son mandat exécutif au sein du collège de la commune d’Ixelles. Le parti a donc pris acte et immédiatement informé le parti Ecolo partenaire de majorité à Ixelles.

« La section ixelloise du PS se réunira pour assurer pleinement le suivi de son engagement au sein du conseil et du collège communal d’Ixelles », confirme le communiqué du président Ahmed Laaouej. Celui-ci a précisé à Belga qu’il n’y avait pas encore de remplaçant pressenti pour reprendre le mandat du premier échevin.

L’ancien champion du monde de boxe Bea Diallo a accepté de participer au gouvernement de mission, d’union nationale et de transition guinéen mis en place par le président par intérim, le colonel Mamady Doumbouya, confirme un communiqué de presse du mouvement « Fight for Africa » de M. Diallo transmis à Belga dans la nuit. M. Diallo devrait prendre ses fonctions dans les jours qui suivent.

« J’ai beaucoup appris durant mes mandats de député et d’échevin et je ne remercierais jamais assez mes collègues bruxellois, mes collaborateurs et surtout les électeurs. Je ne tire pas un trait sur mon engagement politique en Belgique. Mais les circonstances en Guinée sont telles et les défis là-bas tellement énormes que je me dois de répondre favorablement à cet appel », y explique M. Diallo.

Le PS bruxellois « souhaite à Bea Diallo ses meilleurs vœux de réussite au service des Guinéennes et des Guinéens, dans le cadre d’un processus démocratique à la hauteur des enjeux », assure pour sa part le socialiste belge Ahmed Laaouej. Bea Diallo « a depuis longtemps rendu public son attachement à la destinée de son pays d’origine qui traverse une passe difficile sur le terrain du développement et de la transition démocratique », ajoute-t-il.

Avant son engagement politique, M. Diallo avait été champion de Belgique et du Benelux des poids moyens et champion intercontinental IBF (International Boxing Federation) de 1998 à 2004. Il a été député du Parlement de la Région de Bruxelles-Capitale de 2004 à 2019 et échevin de la commune d’Ixelles depuis 2006.

Bea Diallo avait fait part en début d’année passée qu’il n’était pas candidat aux élections présidentielles en Guinée.

Le pays a depuis lors été marqué par un putsch en septembre dernier. Le chef de l’État Alpha Condé a été renversé par le colonel Mamady Doumbouya, désormais nouveau président de transition en Guinée. Celui-ci a nommé début octobre Mohamed Béavogui, un vétéran du développement, premier ministre de transition. Il sera donc appuyé par le belgo-guinéen Diallo qui obtient le maroquin de la jeunesse et des sports. Le coup d’Etat dans le pays a fait un nombre indéterminé de vies humaines, les médias faisant état d’une dizaine à une vingtaine de morts.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Halut Michele, mercredi 3 novembre 2021, 13:01

    La double nationalité devrait être interdite pour les politiques.

  • Posté par Marc HOREMANS, mercredi 3 novembre 2021, 11:15

    Bel exemple d'intégration en Belgique. Il rejette la Belgique parce qu'il a l'occasion de se faire appeler ministre et de se faire plus d'argent. Quant il en aura marre ou quant on ne voudra plus de lui en Guinée il reviendra en disant j'aime la Belgique, il sera acceuilli à bras ouverts par le PS et retrouvera très vite un lucratif poste dans la politique belge. Un super profiteur du système

  • Posté par Deladrier-rase , mercredi 3 novembre 2021, 10:46

    "Je ne tire pas un trait sur mon engagement politique en Belgique." On ne sait si il faut rire ou pleurer... Le pire c'est que quand il s'en sera mis plein les poches il reviendra et réapparaitra sur des listes électorales belges.

  • Posté par Dupont Vincienne, mercredi 3 novembre 2021, 10:17

    Si je comprends bien on peut être élu "démocratique" en Belgique, démissionner pour devenir ministre dans un gouvernement issu d'un putsch militaire en Afrique et recevoir les félicitations du Président du PS régional ? On m'aurait demandé si c'était possible j'aurais hésité à répondre par l'affirmative. Mais chez nous, tout est possible.

  • Posté par MORNARD PASCAL, mercredi 3 novembre 2021, 9:38

    Ceci ne fait encore une fois que donner raison aux propos de Zemour. La grande majorité des bi nationaux se sentent d'abord de leur pays d'origine et sont ici par opportunisme sans réel désir de s'assimiler.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs