Accueil Monde Europe

Coronavirus: un médicament abandonné en Europe

L’Agence européenne des médicaments met fin à son examen d’un traitement du covid sur base d’un cocktail d’anticorps monoclonaux.

Temps de lecture: 2 min

L’Agence européenne des médicaments (EMA) a annoncé mercredi avoir mis fin à son examen d’une possible autorisation de mise sur le marché d’un traitement du covid sur base d’un cocktail d’anticorps monoclonaux, après que son producteur, la firme pharmaceutique américaine Eli Lilly, s’est retiré du processus en invoquant une demande trop faible des Etats membres.

« Compte tenu de la demande actuelle des Etats membres de l’UE, Eli Lilly prévoit qu’aucune nouvelle campagne de fabrication de substances médicamenteuses ne sera nécessaire dans un avenir prévisible », expose la firme dans son courrier à l’EMA.

Pour cette raison, le laboratoire de production, situé aux Pays-Bas, n’est plus en état de fournir les données additionnelles réclamées par le comité de l’EMA pour les médicaments à usage humain, et se retire donc du processus.

Il n’est toutefois pas exclu que la firme formule une nouvelle demande à l’avenir.

Le traitement en question est fondé sur deux anticorps monoclonaux, le bamlanivimab et l’etesevimab, fabriqués en laboratoire pour désactiver le virus après une contamination. Il est destiné à des patients covid de plus de 12 ans ne nécessitant pas d’apport d’oxygène, mais qui sont à risque de développer une maladie sévère.

L’EMA avait rendu en mars un avis positif sur l’usage de ces anticorps chez les patients covid. Le retrait d’Eli Lilly du processus d’autorisation européenne n’y change rien : les patients peuvent continuer à recevoir les anticorps en fonction des dispositions nationales, précise l’Agence européenne.

La Commission européenne avait conclu un accord-cadre relatif à l’achat conjoint du médicament d’Eli Lilly. Dix-huit Etats membres de l’UE y avaient pris part, pour 220.000 doses du traitement.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Europe

Télétravail, pass sanitaire,...: le Royaume-Uni renforce ses mesures sanitaires

Dès lundi, le gouvernement demande donc aux employés de travailler de chez eux « si c’est possible ». Par ailleurs, le passeport vaccinal, contesté par certains députés de la majorité conservatrice, est introduit pour la première fois en Angleterre, dans les discothèques et dans tous les lieux de plus de 10.000 personnes.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs