Accueil Culture Livres

Le Prix Renaudot à Amélie Nothomb pour l’hommage au père

Le prix Renaudot a été décerné à l’écrivaine belge Amélie Nothomb pour «  Premier sang » (Albin Michel), mémoires fictives de son père décédé en 2020, un prix annoncé, comme de tradition, quelques secondes après le Goncourt.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Après trente ouvrages et un (demi) Grand Prix du roman de l’Académie française en 1999, Amélie Nothomb décroche enfin une des grandes récompenses de l’automne avec le Renaudot. A l’usure ? Un peu, mais pas que… Premier sang est un de ses meilleurs livres, disent à l’unanimité ses inconditionnels et inconditionnelles autant que les autres, plus enclins à émettre parfois des réserves.

Du narrateur, on ignore tout quand on ouvre le roman : « On me conduit devant le peloton d’exécution. Le temps s’étire, chaque seconde dure un siècle de plus que la précédente. J’ai vingt-huit ans. » Ce jeune homme, diplomate au Congo fraîchement libéré (bien que ça se discute) de la colonisation belge, est le père de l’autrice, Patrick Nothomb, mort l’an dernier.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par ONCKELINX DANIEL, mercredi 3 novembre 2021, 14:51

    Le Renaudot à A Nothomb le Goncourt à Sarr un africain. Les zemmouriens sont fous furieux ( forum du Figaro ) Pauvre France

Aussi en Livres

Droit de cuissage

Voici la nouvelle de Gilles Pellerin pour le nouveau numéro de la revue « Marginales ».

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs