Accueil Monde États-Unis

Les images marquantes d’un an de présidentielle sous Biden (photos)

Depuis son élection le 3 novembre 2020, Joe Biden n’a pu empêcher la contestation d’une victoire serrée face à son adversaire Donald Trump. Outre la fronde républicaine contre son programme législatif, le président démocrate a connu de nombreux soucis en cette première année de mandat.

Temps de lecture: 6 min

Depuis son élection le 3 novembre et arès 9 mois à la Maison Blanche, Joe Biden est indéniablement en mauvaise posture : 54 % d’Américains désapprouvent sa politique, selon un récent sondage de NBC News, contre 42 % qui la soutiennent. Il ne se passe pas un jour sans que Donald Trump le critique, prétendant contre toute évidence qu’il a remporté l’élection de 2020 et préparant le terrain pour la prochaine élection, en 2024.

Le Soir revient en images sur les moments qui ont marqué la présidentielle de Joe Biden.

La victoire confirmée

RTX8G6JQ

Le 14 décembre 2021, le président élu Joe Biden prononce un discours télévisé à la nation, quelques jours après que le collège électoral américain ait officiellement confirmé sa victoire sur le président Donald Trump lors de l’élection présidentielle américaine de 2020.

Cette étape procédurale est traditionnellement peu suivi. Mais elle était cette année retransmise en direct, après des semaines d’une guérilla judiciaire menée par Donald Trump qui fut un fiasco intégral mais qui a encore renforcé les divisions de l’Amérique.

B9725280250Z.1_20201118181455_000+G6SH385C6.1-0

Prestation de serment

d-20210120-GKX0YT 2021-01-29 21_00_27

La cérémonie d’investiture de Joe Biden a été exceptionnelle à plus d’un titre : seul un parterre limité d’invités était présent, en raison de la pandémie de coronavirus. Un champ de plus de 190.000 drapeaux avait été planté sur le Mall pour représenter ce public absent.

B9725878536Z.1_20210120200104_000+GBIHENT5J.2-0

d-20210119-GKWGEU 2021-01-19 22_23_17

La démocratie l’a emporté », a affirmé le président américain nouvellement investi Joe Biden dans son discours inaugural le 20 janvier 2021, saluant une journée « d’espoir » pour l’Amérique. « La volonté du peuple a été entendue et la volonté du peuple a été respectée », a-t-il affirmé quelques minutes après avoir prêté serment pour devenir le 46e président des Etats-Unis.

Joe Biden a également appelé l’Amérique à « l’unité » durant son allocution de 21 minutes, et promis d’être le président de tous les Américains.

Invasion du Capitole

Le mercredi 6 janvier 2021, le Capitole, siège du Congrès, est envahi par une foule bigarrée de supporters du président sortant. Un événement qui a sidéré l’Amérique et le monde entier.

B9727185875Z.1_20210528185337_000+GCAI7KGE4.1-0

B9726305545Z.1_20210302183937_000+GAOHMTF5Q.1-0

B9725741710Z.1_20210107181249_000+GRPHC1A7J.2-0

Premier voyage présidentiel

Cent quarante jours après s’être installé à la Maison-Blanche, Joe Biden a effectué sa première escapade présidentielle en dehors du territoire des Etats-Unis. Destination privilégiée : l’Europe. Un long périple, étalé sur une semaine, dans trois pays, rythmé par une enfilade de sommets : le Royaume-Uni, la Belgique et la Suisse. La voyage s’est terminé à Genève par une partie de bras de fer, yeux dans les yeux, avec le maître du Kremlin, Vladimir Poutine.

RTXDAOPJ

RTXDADJC

Hommage aux victimes du coronavirus

Le bilan de l’épidémie de coronavirus aux États-Unis a dépassé les 500.000 morts au mois de février. Un bilan «  déchirant  », avait déclaré d’une voix émue le président américain Joe Biden lors d’une allocution depuis la Maison Blanche.

Après l’allocution, les deux couples de l’exécutif américain sont apparus devant la Maison Blanche, où ils se sont recueillis quelques instants, d’abord silencieux puis accompagnés dans cet hommage par le très populaire cantique « Amazing Grace », joué par un orchestre de marines.

Joe Biden s’est ensuite signé, entouré de 500 bougies pour symboliser les 500 000 morts disposées sur le balcon de la Maison Blanche et sur les escaliers qui y mène, avant de disparaître aux regards et aux caméras.

RTX9O7SF

RTX9O7BB

Evacuation de l’Afghanistan

20 ans après le début de la guerre menée par les Etats-Unis en Afghanistan, les derniers militaires américains ont quitté le pays dans la nuit du 30 au 31 août 2021. Un cliché partagé par le Département de la Défense montre d’ailleurs le dernier soldat à embarquer dans un C-17 à l’aéroport de Kaboul. « Le dernier avion C-17 a décollé de l’aéroport de Kaboul le 30 août » à 19h29 GMT, avait déclaré le général Kenneth McKenzie qui dirige le commandement central dont dépend l’Afghanistan lors d’une conférence de presse.

De 2001 à 2021, le bilan de l’effort de guerre est lourd pour les Etats-Unis qui déplorent 2.500 morts et une ardoise de plus de 2.000 milliards de dollars. C’est la plus longue guerre qu’ait connue l’Amérique. Joe Biden a justifié le retrait par son refus de faire perdurer plus longtemps cette guerre et par le fait que la mission avait été accomplie avec l’élimination d’Oussama Ben Laden par les forces spéciales américaines en 2011 au Pakistan.

RTXGHBTE

Hommage 20 ans World Trade Center

Joe Biden a conclu les cérémonies d’hommage aux victimes du 11-Septembre, vingt ans après les pires attentats de l’histoire des Etats-Unis en se rendant au Pentagone, près de Washington, où un avion s’était écrasé, tuant 184 personnes.

Le quartier général du département de la Défense était le dernier acte du déplacement du président américain, qui s’est rendu sur les trois sites endeuillés par des attaques du réseau islamiste Al-Quaïda qui avaient fait près de 3.000 morts le 11 septembre 2001.

L’unité nationale, appelée de ses vœux par Joe Biden lors des commémorations du 11-Septembre, a presque réussi. A la pointe sud de Manhattan, sur le site de Ground Zero, siégeaient en silence trois présidents américains : Bill Clinton, Barack Obama, Joe Biden

B9728288843Z.1_20210912184826_000+G0BITN77K.2-0

RTXH1307 (1)

RTXH0I66

RTXH0HSP

Biden à la Cop26

Lors de la Cop26, le président américain a accusé la Chine, le principal pollueur mondial, de rester sourde aux « gigantesques » enjeux du dérèglement climatique par son absence à la COP26, marquée par une avancée majeure pour réduire les émissions de méthane.

« Je pense que c’était une grave erreur de la Chine de ne pas venir » et le président chinois Xi Jinping « a perdu une occasion d’influer sur les gens dans le monde entier », a dit Joe Biden au cours d’une conférence de presse en clôture de sa propre visite à la conférence sur le climat de Glasgow prévue pour durer jusqu’au 12 novembre et considérée comme capitale.

« C’est un sujet gigantesque et ils (les Chinois) ont tourné le dos. Comment peut-on faire ça et prétendre à un quelconque leadership ? », a commenté le président américain.

Juste avant la COP26, le président américain, qui a vanté le retour de son pays sur la scène internationale sous son mandat, avait déjà chargé Pékin et Moscou au cours du G20 à Rome, se disant « déçu » par l’absence d’engagements climatiques de leur part.

10951559-054

À lire aussi 1352284365854806017

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en USA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs