Accueil Société Enseignement

Baptêmes étudiants: l’alcool dans le collimateur après un nouveau décès

Les conclusions de l’autopsie dévoilées ce mercredi par le procureur du Roi de Namur pointent a priori l’alcool comme facteur probable du décès.

Temps de lecture: 2 min

Les circonstances ayant entraîné la mort d’Antonin Deneffe, cet étudiant décédé dimanche à la suite d’un baptême étudiant organisé à Sart-Custinne, sont loin d’être complètement élucidées. Les conclusions de l’autopsie dévoilées ce mercredi par le procureur du Roi de Namur, Vincent Macq, offrent toutefois déjà des premières informations et pointent a priori l’alcool comme facteur probable du décès. « La mort d’Antonin n’est pas la conséquence d’une chute, d’un acte extérieur, d’une hypothermie ou de l’un des gestes posés pendant la cérémonie de baptême en tant que telle », a expliqué le procureur. « Sous toute réserve, l’alcool a coulé à flots durant la soirée qui a suivi et peut-être que la réponse se situe dans ce champ. » Le fait qu’un autre étudiant ayant participé à la même soirée se soit également retrouvé à l’hôpital dans un état d’alcoolémie aggravé au lendemain de celle-ci vient ajouter de l’eau à ce moulin. Une analyse toxicologique approfondie devra davantage éclairer la situation d’ici deux semaines.

Sortant brièvement de sa réserve, Vincent Macq estime déjà que le drame devra servir d’électrochoc dans un contexte marqué par d’autres affaires comme celle du décès de Sanda Dia, étudiant de la KULeuven, et d’Axel Leroy, étudiant à Liège. « Pour moi, on ne peut plus parler de fatalité quand on a une succession de faits comme ceux-là » dit-il.

En attendant les dernières analyses, la ministre de l’Enseignement supérieur, Valérie Glatigny (MR), ne souhaite pas, à ce stade, commenter le drame et ses circonstances. Mais s’il s’avérait qu’une consommation abusive d’alcool après le baptême était responsable du décès d’Antonin, « il s’agirait de réfléchir, y compris avec les cercles étudiants, aux moyens de renforcer la lutte contre celle-ci dans le milieu estudiantin », a précisé son cabinet, en rappelant qu’en Fédération Wallonie-Bruxelles, « une charte existe pour s’assurer que les activités de baptêmes étudiants se tiennent dans le respect de l’intégrité physique et morale des participants. » Si celle-ci constitue un socle commun minimal pour les cercles et les universités, elle n’est toutefois pas contraignante. Prochainement, elle devrait être revue pour intégrer la prise en compte des problématiques de harcèlement et de violences sexuelles.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Mauer Marc, vendredi 5 novembre 2021, 7:19

    Nous ne savons encore rien de précis sur ce cas précis, laissons faire la justice. Cependant, il me paraît justifié de s’interroger sur la présence d’alcool dans la vie des étudiants ! Les parents et l’état sont ils là pour financer chèrement les beuveries ? On y viendra, plus rapidement qu’on le pense : interdiction de l’alcool dans le cadre des campus.

Sur le même sujet

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs