Accueil Société

Valérie Glatigny: «Le problème, c’est l’alcool après l’activité de baptême»

L’alcool est un problème dans les milieux étudiants, selon la ministre de l’Enseignement supérieur. « Personne ne peut être obligé à boire ». Elle annonce une conférence qui réunira les acteurs concernés, et la dissolution de cercles en cas d’abus.

Temps de lecture: 2 min

L’étudiant décédé en baptême est une tragédie, selon Valérie Glatigny, la ministre de l’Enseignement supérieur wallonne (MR). Elle était l’invitée de Bel RTL ce jeudi matin, et souhaite apporter tout son soutien à la famille.

La ministre a demandé une évaluation de la charte qui encadre les baptêmes. Cette charte prévoit que les encadrants sont obligés de rester sobres. « Personne ne peut être obligé à boire. » Pour la ministre, les cercles étudiants doivent avoir une réflexion sur la manière d’encadrer des événements d’ampleur, lorsque ceux-ci comptent parfois 300 étudiants.

Seulement le problème, c’est que la consommation d’alcool ne se ferait pas pendant les activités. « Ce qu’il semble s’être produit, c’est qu’il y avait une consommation d’alcool importante après le baptême. »

Elle annonce qu’une conférence va bientôt réunir tous les acteurs concernés et va jusqu’à imaginer la dissolution de cercles en cas d’abus.

Une culture de l’alcool

« Il ne faut pas être hypocrite et il ne faut pas stigmatiser la jeunesse. » Pour Valérie Glatigny, c’est tout la société qui est touchée par l’alcool. Ce n’est pas le cas seulement des étudiants. Cependant, elle pense qu’il faut insister auprès des jeunes sur les conséquences et les dommages que peut créer l’alcool. « Il faut rappeler aux jeunes qu’un black out n’est pas un événement anodin, et qu’à répétition il peut entraîner de graves dégâts sur les cerveaux des jeunes. »

Elle a également demandé une évaluation de la charte pour ce qui est des activités à connotation sexuelle. La ministre est elle-même baptisée. Pour elle, les baptêmes peuvent être organisés sans scènes d’humiliation. « Pour moi, c’est une évidence. »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par lambert viviane, jeudi 4 novembre 2021, 10:37

    Ces étudiants sont MAJEURS. On n'a pas à les surveiller. 1étudiant mort sur 300, signifie que 299 étudiants ont fait la fête sans danger. C'est quoi cette société qui veut tout encadrer, surveiller, régler ?

  • Posté par massacry olivier, jeudi 4 novembre 2021, 13:35

    Avec ce genre d'argument je suppose que vous êtes pour la vente libres des armes? Le problème avec ces jeunes, à peine majeurs, c'est de croire qu'on devient adulte par la beuverie, le problème c'est la valorisation de l'alcoolisme. Et là une vraie politique de santé publique est à mettre en oeuvre, au-delà des cercles estudiantins.

  • Posté par Mauer Marc, jeudi 4 novembre 2021, 13:08

    Chère Viviane, penses-tu franchement que la finalité de l’université soit la beuverie ? Toute personne se promenant à LLN ne peut que le constater. La collectivité paie-t-elle très cher pour ça ? Ce serait bien que les étudiants se souviennent de temps en temps des raisons de leur présence sur les campus. J’ai parfois l’impression qu’ils n’en ont plus vraiment conscience.

  • Posté par Casier Etienne, jeudi 4 novembre 2021, 11:29

    Il n'y a pas que les morts...Interrogez les services d'urgence sur le nombre de jeunes qui y arrivent en coma éthylique avancé...Les services d'urgence ne sont pas taillables et corvéables à merci qui plus est 24 heures sur 24...Certains jeunes devraient avoir cela à l'esprit

  • Posté par Casier Etienne, jeudi 4 novembre 2021, 10:27

    Il serait intéressant que le SOIR se penche sur les relations ambiguës entre les fournisseurs d'alcools et les cercles étudiants. Les offensives marketing en milieu étudiant, notamment par le biais des contrats brasseurs qui offrent des conditions très intéressantes aux cercles étudiants, le sponsoring des voyages étudiants, poussent à la surconsommation d’alcool.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko