Accueil Sports Tennis

Une star du tennis accuse un ancien dirigeant chinois de l’avoir contrainte à avoir une relation sexuelle

L’accusation a été censurée sur internet, en Chine.

Temps de lecture: 1 min

La championne de tennis chinoise Peng Shuai a accusé un ancien haut dirigeant communiste de l’avoir contrainte à avoir une relation sexuelle avant d’en faire sa maîtresse, une accusation censurée jeudi sur internet.

Sur le réseau social Weibo, Peng Shuai, vainqueur en double à Roland-Garros en 2014, a affirmé mardi avoir eu un rapport sexuel forcé avec l’ancien vice-Premier ministre Zhang Gaoli, au domicile de ce dernier à Tianjin (nord), il y a trois ans.

Ce témoignage a été promptement effacé par la censure chinoise, de même que les réactions sur le sujet, qui se sont répandues comme une traînée de poudre.

Jeudi, les recherches comportant à la fois les noms de Peng Shuai et Zhang Gaoli étaient toujours bloquées sur Weibo et sur le moteur de recherche Baidu.

La Chine a connu depuis 2018 une version très aseptisée du mouvement #MeToo, avec des accusations de harcèlement sexuel visant des vedettes de la chanson ou du petit écran, mais jamais jusqu’ici de responsable politique.

Zhang Gaoli, âgé d’environ 75 ans, était jusqu’au début de 2018 membre permanent du bureau politique du Parti communiste chinois et à ce titre l’un des sept hommes les plus puissants de Chine. Il est considéré comme proche du Premier ministre Li Keqiang.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Tennis

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Tennis, les résultats et classements Découvrez le programme du jour et le calendrier de la saison

Résultats et classements
SoSoir Voir les articles de SoSoir