Accueil Léna

Boris Cyrulnik: «Les enfants les plus affectés par la pandémie souffriront de dépression chronique»

Le neuropsychiatre français estime que ce sont les adolescents qui ont payé le prix le plus cher de l’épidémie de coronavirus. Certains ne récupéreront pas ce qu’ils ont perdu.

Avec LéNA, découvrez le meilleur du journalisme européen.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 11 min

La maison avec jardin du neuropsychiatre Boris Cyrulnik (84 ans) à La Seyne-sur-Mer est un coin de paradis. Littéralement à quatre pas de la Méditerranée. Le soleil brille en cette matinée d’octobre. Tout semble aller bien dans ce monde.

À l’extérieur résonne le reggae des haut-parleurs d’une bande de garçons et de filles qui pêchent dans la baie. À l’intérieur, dans une pièce plongée dans la pénombre et décorée de vieilles épées et d’un divan qui est la copie de celui de Sigmund Freud, un homme aux airs de sage bienveillant évoque son enfance sous le nazisme et la résilience, le concept qu’il a popularisé. Nos échanges portent sur la pandémie du coronavirus et sur l’incidence qu’elle a eue sur nous.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en LéNA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs