Accueil Sports Sports moteurs Formule 1

GP du Mexique de F1: Max Verstappen à la conquête d’un précieux succès

L’opportunité d’asseoir ses prétentions au trône : la Red Bull de Max Verstappen doit lui permettre de gagner le Grand Prix du Mexique de Formule 1, dimanche, pour continuer à creuser l’écart sur Lewis Hamilton au championnat.

Temps de lecture: 3 min

Le Néerlandais a déjà frappé fort en remportant, à la stratégie, la manche précédente aux Etats-Unis, sur un terrain qui devait a priori favoriser Mercedes.

Du coup, Verstappen affiche douze points d’avance en tête du classement des pilotes pour entrer dans la dernière ligne droite d’un championnat parmi les plus serrés.

Et le voilà avec la possibilité de creuser encore l’écart lors de l’épreuve mexicaine, la 18e sur 22 cette saison, puis lors de la suivante au Brésil, la semaine prochaine à Interlagos.

« Il est très important pour moi et pour l’équipe d’essayer de remporter les trois prochaines courses maintenant que nous nous battons pour le championnat », martèle le Néerlandais.

Ca n’est pas que sa Red Bull soit plus rapide que la Mercedes d’Hamilton (les derniers GPs ont même laissé penser le contraire) mais, sur un circuit perché à plus de 2200 mètres au-dessus du niveau de la mer, la raréfaction de l’air modifie l’équilibre des forces.

Historiquement, le moteur Honda du Néerlandais est plus performant en altitude que l’unité de puissance Mercedes, qui a tendance à surchauffer. Dans ces conditions, aussi, les appuis aérodynamiques sont moindres. Or la Red Bull en a naturellement plus que sa concurrente.

Les statistiques en témoignent. Verstappen (alors motorisé par Renault) s’est imposé à Mexico, sur le circuit des Frères Rodríguez, en 2017 et 2018. Et il est passé à un cheveu de la pole position en 2018 (battu par son équipier australien Daniel Ricciardo de 26/1000 seulement) et 2019, à l’ère Honda : le plus rapide des qualifications, il a ensuite écopé de trois places de pénalité sur la grille.

« Tout est possible »

« Red Bull s’est bien débrouillée ici par le passé et ça n’a pas été notre meilleur circuit », admet le patron de Mercedes, Toto Wolff. « Mais, cette année, tout est possible : sur les tracés où vous étiez auparavant faible, vous êtes soudainement fort, et vice versa. »

« Il faut oublier les enseignements du passé », abonde son homologue chez Red Bull, Christian Horner. « C’est très serré entre nos deux équipes. Mexico a été une bonne piste pour nous, mais pour eux aussi. »

N’est-ce pas d’ailleurs Hamilton qui s’y est imposé en 2016 et 2019, la première fois depuis la pole position ?

Sachant aussi que les F1 n’ont plus roulé au Mexique depuis deux ans, l’édition 2020 ayant été annulée à cause de la pandémie de Covid-19, une surprise n’est pas à exclure.

Alors, victoire annoncée pour le héros de Red Bull, qui a posé une ou deux phalanges sur son premier trophée de champion du monde de F1 en s’imposant au Texas fin octobre ? Ou revers inattendu face à Mercedes ?

Quelque soit le résultat du GP du Mexique, les points décrochés vaudront cher. D’autant que la suite au Brésil, devrait être à peine plus favorable, sur le papier, aux Flèches d’argent.

Ensuite, on plongera dans l’inconnu avec un premier GP au Qatar puis en Arabie saoudite, avant la traditionnelle finale d’Abou Dhabi (où Verstappen a, pour la première fois, détrôné Mercedes l’an dernier).

Avec une nouvelle pénalité pour changement de moteur planant au-dessus d’Hamilton, son rival a quelques arguments. Mais on aurait tort d’enterrer si tôt le septuple champion du monde, en quête d’une huitième couronne record.

L’écart entre les deux rivaux est encore bien mince et un abandon suffirait à tout remettre en jeu.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Formule 1

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

F1, les résultats et classements Découvrez le programme du jour et le calendrier de la saison

Résultats et classements
SoSoir Voir les articles de SoSoir