Accueil Opinions Chroniques

«Déjà vu»: ces difficiles «mea culpa»…

Le président Biden a demandé pardon pour le retrait américain de l’accord de Paris, décidé par son prédécesseur. Une repentance peu fréquente et lourde de sens à ce niveau de responsabilités.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Forum Temps de lecture: 5 min

J ’imagine que je ne devrais pas m’excuser, mais je m’excuse pour le fait que les États-Unis soient sortis de l’accord de Paris et nous mettent en retard », a déclaré Joe Biden devant les dirigeants mondiaux réunis pour la journée d’ouverture du sommet mondial pour le climat, la COP26, à Glasgow.

On aura noté que dans son mea culpa, le président américain n’a pas cité son prédécesseur, Donald Trump. Peut-être avait-il en tête la saga Harry Potter, dans laquelle les étudiants sorciers ont pour interdiction de prononcer le nom du « seigneur des ténèbres », Lord Voldemort ?…

Plus sérieusement, cette sortie est notable à deux titres.

D’abord parce qu’aux États-Unis, il est de bon ton de s’abstenir de critiquer publiquement ses devanciers lorsqu’on a atteint la fonction suprême.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Naeije Robert, lundi 8 novembre 2021, 17:23

    Ce qui est nouveau est que Biden transpose à l'étranger des problèmes de politique intérieure américaine. C'est gravement inadéquat.

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs