Accueil Monde Union européenne

Campagne anti-discrimination: Charles Michel, victime collatérale inattendue

Une campagne du Conseil de l’Europe co-financée par l’UE contre la haine en ligne et hors ligne a créé la polémique, cette semaine. Charles Michel, complètement étranger à l’affaire, a même été visé sur RMC.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 3 min

Comment une campagne anti-discrimination du Conseil de l’Europe a-t-elle mené à un appel (par une journaliste française) à la démission de Charles Michel ?

C’est une histoire en trois actes, qui ont ça de commun : un petit manque de rigueur.

Acte I Tout partait d’un bon sentiment. Le Conseil de l’Europe, organisation réunissant 47 Etats et qui n’est pas une institution européenne, publie une série de visuels pour sa campagne contre la discrimination. « La beauté est dans la diversité comme la liberté est dans le hijab », affichaient comme slogan des photos juxtaposées de femmes aux cheveux couverts et découverts. En bas, à droite, un logo indiquant que la campagne est cofinancée par l’UE.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

15 Commentaires

  • Posté par GERDAY Michel, vendredi 5 novembre 2021, 21:11

    Les vraies victimes sont ces femmes obligées de porter le hijab à l'insu de leur plein gré.

  • Posté par Weissenberg André, vendredi 5 novembre 2021, 18:41

    Quand on ne prépare pas ses fiches correctement !

  • Posté par Christian BOULET, vendredi 5 novembre 2021, 17:49

    Etonnant que l'article en question ne mentionne pas le lobbying des Frères musulmans derrière cette campagne. Vous avez touché aussi ou quoi ?

  • Posté par lambert viviane, vendredi 5 novembre 2021, 16:24

    Le Conseil de l'Europe n'a rien à voir avec le Conseil européen. Cette très malheureuse initiative pro-hidjab montre que le Conseil de l'Europe porte très mal son nom!

  • Posté par Van Obberghen Paul, vendredi 5 novembre 2021, 12:01

    "Tout le monde n’est pas obligé de le savoir. " Mais une journaliste, certainement oui. C'est elle qui devrait démissionner. L'incompétence n'a pas de genre.

Plus de commentaires

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs