Six bonnes raisons de fêter les 20 ans du musée La Piscine, à Roubaix

Le musée La Piscine, ou Musée d'Art et d'Industrie André Diligent, à Roubaix, fête ses 20 ans en grandes pompes. Au programme, jusqu'au 6 février, des expositions, des événements, des spectacles au sein même de ce magnifique complexe Art Déco des années 30, mais également dans diverses institutions partenaires.

1. Une histoire et une architecture étonnantes

Le Musée « La Piscine », à Roubaix, est un lieu étonnant. Voué au culte du corps, du sport et de l'hygiène, le complexe fut d'abord une piscine publique conçue selon le mouvement Art Déco. Son architecture lui a valu d'être inscrite au patrimoine du XXe siècle. Dès 1932, « Les Bains Municipaux » de Roubaix ont rempli leur rôle tout en favorisant volontairement le brassage social, jusqu'à la fermeture en 1985 : la voûte surplombant le bassin présentait de sérieuses faiblesses.

Mais les Roubaisiens tenaient à leur piscine. Alors, plutôt que de démolir le bâtiment à l'abandon, la ville décida de le réhabiliter et l'aménager en un musée « solidaire et humaniste », dédié aux arts appliqués et aux beaux-arts. Inauguré en octobre 2001, le musée La Piscine, ou Musée d'Art et d'Industrie André Diligent, fête donc ses 20 ans.

2. L'exposition « La Piscine a 20 ans »

Œuvre emblématique des collections du musée, « La Petite Châtelaine » de Camille Claudel, surnommée la Joconde roubaisienne, est le point de départ de cette rétrospective. Placée au bord du grand bassin, et flanquée d'hommages d'artistes contemporains et de participants aux ateliers du musée, elle démarre une ligne du temps illustrant vingt années de programmation et d'acquisitions.

En face, une installation pointe, par ordre de taille, les enrichissements et la diversité des collections. A découvrir également, dans l'extension de 2018, une évocation des nombreux concerts donnés depuis 2001 et une installation documentaire pointant l'impact du musée sur la région.

3. L'exposition Alexej von Jawlensky : « La Promesse du visage »

Peu connu du grand public, le peintre russe Alexej von Jawlensky (1864-1941) a notamment travaillé avec Kandinsky au début du XXe siècle. Il s'est revendiqué de l'expressionnisme et du fauvisme, naviguant entre figuration et abstraction, pour fusionner ces deux courants dans une synthèse personnelle au travers de séries, notamment de visages... abstraits.

Le visage fut la grande obsession de Jawlensky tout au long de son œuvre. Un visage de moins en moins naturel, de plus en plus stylisé, géométrique et expressif au fil des ans.

4. L'exposition Suzanne Hay : « À la piscine »

L'artiste allemande Susanne Hay (1962-2004), installée à Paris, a fourni une matière figurative, avec le corps humain pour thème principal de ses peintures à l'huile sur toile. Elle ne travaillait qu'avec des modèles, pas toujours vivants, d'ailleurs en excluant toute interférence visuelle ou médiatique.

Son œuvre est exposée pour la première fois dans un musée. Et une facette en particulier : des sujets grand format « aquatiques », réalisés en salle de bain et dans une piscine publique. Logique que cela déroule au musée « La Piscine », non ?

5. Un week-end festif les 13 et 14 novembre

Ce week-end festif veut réunir les différents publics de « La Piscine » et leur faire découvrir le musée avec un autre regard. Au menu, entre autres, de la danse et du chant par la Compagnie de l'Oiseau mouche ; des textes de théâtre spécialement écrits pour l'occasion par Les écrivains associés du théâtre des Hauts de France ; un ballet et des performances par le Ballet du Nord, CCN & Vous !

Mais aussi un atelier de customisation d'éventails, loups et couve-chefs créés par les étudiants d'ESMOD Roubaix ; des animations pour les familles ; des concerts par Nicolas Daquin + Klezgann – Le Camion ; des visites chantées par Grégoire Ichou. Et on en passe !

Bon à savoir : l'entrée est gratuite tout le week-end.

6. Une riche programmation « hors les murs »

Vous pouvez même prolonger votre escapade et visiter les partenaires de 20e anniversaire. Liste non-exhaustive... encore.

En premier lieu, la fameuse Villa Cavrois à Croix. Cette demeure Art Déco, de l'architecte Robert Mallet-Stevens, est considérée comme la sœur jumelle de La Piscine. L'expo « Destins Croisés » dévoile des photos d’archives inédites de la piscine, de sa construction à sa réhabilitation.

À Roubaix, les résidents des Ateliers Jouret proposent, en écho à l'exposition qui lui est dédiée au musée La Piscine, un dialogue avec leurs créations inspirées du travail de Jawlensky.

Passez aussi par La Manufacture, sur le site de l'ancien tissage Craye. Ce musée dédié à la mémoire et à la création textile révèle les conditions de travail des ouvriers et leurs outils, depuis les métiers à tisser du Moyen-Âge jusqu'aux machines assistées par ordinateur.

Rendez-vous à Le Fresnoy, à Tourcoing, pour l'exposition « Panorama 23 » et sa cinquantaine d'œuvres inédites dans le domaine de l'audiovisuel et de la création numérique, réalisées par des jeunes artistes et professeurs invités.

Et enfin, ne manquez pas, au LaM, musée d'art moderne à Villeneuve d'Ascq, l'exposition « Paul Klee, entre-mondes ». Elle met en lumière son intérêt pour les « origines de l’art » et l'influence des dessins d’enfants, de l’art préhistorique, de l’art extra-occidental et « l’art des fous » sur son œuvre.

Plus d'infos sur les 20 ans de La Piscine : www.roubaix-lapiscine.com

Aucune réservation n'est nécessaire pour assister aux événements et expos qui se déroulent à La Piscine. Les visiteurs de plus de 12 ans doivent présenter un pass sanitaire valide.

La Une Le fil info Partager