Accueil Société

Steven Van Gucht: «Dans le pire des cas, nous dépasserons les 1.000 patients aux soins intensifs»

Lors d’une conférence de presse du centre de crise, le virologue Steven Van Gucht et le commissaire corona Pedro Facon ont fait le point sur les chiffres actuels de la pandémie et ont mis en garde contre la hausse des contaminations dans les prochaines semaines.

Temps de lecture: 3 min

Selon le virologue Steven Van Gucht et le commissaire corona Pedro Facon, nous pourrions nous diriger à nouveau vers plus de 500 patients aux soins intensifs. « Tout dépend de notre comportement ». « Au début de la quatrième vague en octobre, la plupart des modèles supposaient encore que le nombre de patients dans les unités de soins intensifs resterait juste en dessous de 500. Mais il semble que nous allons dépasser ce seuil », ont déclaré Steven Van Gucht, virologue à l’Institut de santé publique Sciensano, et Pedro Facon, commissaire corona, vendredi matin.

Cependant, les prédictions sont encore très incertaines. « Dans le meilleur des cas, nous resterons juste en dessous des 500 patients en soins intensifs, mais dans le pire des cas, nous dépasserons les 1.000 patients », a déclaré Steven Van Gucht. Ce pic sera probablement atteint dès la fin du mois de novembre.

Cela signifie que les hôpitaux devront, pour la énième fois, augmenter leur capacité d’accueil des patients covid. Actuellement, ils en sont encore à la phase 1a, ce qui signifie que 25 % des lits en soins intensifs sont réservés aux patients covid. Cela représente 500 lits, dont plus de 350 sont déjà occupés. Dans la phase 1b, 1.000 lits, soit la moitié de la capacité totale, seront réservés aux patients covid.

Pour de nombreux hôpitaux, ce sera une lourde charge. En outre, la capacité réelle des soins intensifs est inférieure à la capacité théorique de 2.000 lits. En effet, le personnel soignant est de plus en plus souvent absent pour cause de maladie ou de quarantaine obligatoire. « Plusieurs hôpitaux indiquent qu’ils doivent fermer des lits en raison d’une pénurie de personnel, tant dans les soins intensifs que dans d’autres services », a prévenu Steven Van Gucht.

Il est encore difficile de prévoir quelle sera la gravité de la situation. La différence entre le meilleur et le pire scénario est principalement déterminée par notre comportement, par exemple par le nombre de contacts à risque que nous avons. La façon dont cela va évoluer est encore très incertaine pour le moment.

Dans tous les cas, il faudra davantage télétravailler après les vacances de la Toussaint, a indiqué Pedro Facon. Plus tôt dans la journée, le ministre de la Santé publique, Frank Vandenbroucke, a également donné son avis sur le sujet. Par ailleurs, les personnes vulnérables devraient limiter le plus possible contacts et privilégier la ventilation. Bien que ce dernier point s’applique à tout le monde « dans le contexte actuel », indique Pedro Facon.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Raspe Eric, dimanche 7 novembre 2021, 11:06

    Une série d'intervenants de ce forum ont visiblement un gros problème avec les chiffres et les lettres pour prétendre à l'inutilité des vaccins. Il est peu probable qu'ils soient victimes d'une déficience intellectuelle grave. Leur but semble plutôt de toute évidence de nuire et de déstabiliser notre société en agravant les bilans sanitaires et économiques de l'épidémie. Pour ceux qui sont à ce point bouché de chez bouché, un dessin vaut mieux qu'un long discours. Même un enfant en bas âge est capable de jouer au jeu des 7 erreurs. L'article de Marine Buisson publié hier est très utile pour visualiser l'efficacité vaccinale (https://www.lesoir.be/404809/article/2021-11-06/coronavirus-de-bucarest-paris-serre-la-vis-face-au-nouveau-pic-de-contaminations). Elle y a eu la bonne idée de comparer les courbes de contamination et de décès depuis le début de l'épidémie jusqu'à aujourd'hui (donc avec les périodes avant et après la vaccination) dans des pays où la couverture vaccinale est faible (Roumanie) et où celle-ci est au contraire très large. Dans chaque pays, on aperçoit trois pics de contamination. Deux pics avant la vaccination et un pic après la vaccination. Le pic de décès suit en léger décalage le pic des contaminations lors des premières et deuxième vague dans TOUT les pays. Sauf en Allemagne pour le second pic, la hauteur du pic des décès avant la vaccination est liée à la hauteur du pic des contaminations. Par contre, pour le troisième pic atteint après la campagne de vaccination, la hauteur du pic des décès est d'autant plus indépendante de la hauteur du pic des contaminations que le taux de vaccination est élevé. En Roumanie où la vaccination n'est que de 33%, le pic des décès est aussi élevé que le pic des contaminations. Au Portugal, où 87% de la population est vaccinée, la courbe des décès reste plate. En France, allemagne et Royaume-Uni où la vaccination est proche de 70%, la courbe des décès croit légèrement mais reste dissociée de la courbe des contamination. La conclusion est incontestable : la vaccination est efficace pour réduire la mortalité due au virus. Autre observation, plus le taux de vaccination est élevé dans la population moins est élevé le troisième pic des contaminations. Au Portugal, avec un taux de vaccination à 87%, le troisième pic n'atteint qu'un sixième du second pic. Pour autant qu'elle soit suffisament large, la vaccination protège aussi des contaminations. CQFD n'en déplaise aux manipulateurs antivax. Ils peuvent maintenant juste se taire. Dire qu'1+1=3 n'est pas une opinion, c'est une faute mathématique. Quand elle est répétée sciemment pour justifier la non vaccination et mettre en danger la vie d'autrui avec un préjudice établi par l'analyse des graphiques de l'article, l'infraction est démontrée. Elle demande donc réparation. Que les personnes lésées par l'épidémie n'hésitent pas à attaquer ces personnages en justice pour exiger des dommages et intérêts.

  • Posté par Chapelle Nelly, vendredi 5 novembre 2021, 14:54

    Sur base des chiffres Sciensano des hospitalisations et des taux d'incidence par status vaccinal et tranche d'âge (18-65 et 65+) il est possible de calculer l'impact d'une vaccination à 100% de la population adulte. Ainsi pour la période du 18 au 31/10 sur 1816 hospitalisations la vaccination à 100% aurait potentiellement évité 543 hospitalisations soit 30% sur 2 semaines alors que pendant la dernière semaine les hospitalisations ont grimpé de 33%. Tous vaccinés ne me semble pas être la bonne réponse à cette 4e vague.

  • Posté par Rabozee Michel, vendredi 5 novembre 2021, 15:03

    Et de plus, les vaccinés transmettant moins (et moins longtemps) le virus s'il leur arrive d'être infectés, ces hospitalisations auraient sans doute chuté beaucoup plus (ce n'est pas une simple règle de trois).

  • Posté par Rabozee Michel, vendredi 5 novembre 2021, 15:01

    Si, car cela aurait réduit la pression hospitalière, en tout cas cela aurait augmenté le délai avant celle-ci, cela aurait limité la période (d'ici le printemps) où des opérations vont devoir être reportées pour laisser la place aux patients Covid.

  • Posté par Coulon Michel, vendredi 5 novembre 2021, 14:46

    pas un mot sur la dernière erreur des autorités pour gerer la pandémie: tergiverser avant de lancer la 3eme dose pour les personnes a risque et agées. On pourrait au moins essayer d'accélérer la cadence, maintenant que tous les experts du monde entier sont du même avis et que les résultats en israel, pays précurseur sont spectaculaires

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko