Accueil Monde France

Au procès des attentats de Paris, la déprime de certains accusés

Plusieurs accusés se disent ébranlés par les récits des victimes. Ils décrivent aussi, voire surtout, les ravages des attentats sur leur propre vie.

Article réservé aux abonnés
Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 5 min

Avant de s’avancer ce vendredi à la barre de la cour d’assises spécialement composée de magistrats professionnels, il a fait un malaise. Le stress d’avoir à parler après neuf semaines d’audiences dont cinq consacrées aux témoignages bouleversants des victimes. Ali Oulkadi, 37 ans, qui se tient les mains jointes dans le dos, n’en mène pas large dans ses baskets à la barre. « J’ai écouté attentivement les témoignages des victimes. Ils m’ont vraiment ému. Ce qu’ils ont vécu, c’est incroyable. Je n’ai pas de mots. Pour la grande majorité d’entre eux, ils n’expriment pas de haine. Je ne l’oublierai jamais », dit-il.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Dupont Vincienne, samedi 6 novembre 2021, 0:26

    Des crapules, c'est tout, on se fout de leurs petites déprimes.

  • Posté par lambert viviane, vendredi 5 novembre 2021, 19:42

    Glaçant ! Beaucoup d'apitoiement sur leur petite personne mais aucune empathie avec les victimes aucune émotion. De vrais psychopathes.

  • Posté par lambert viviane, vendredi 5 novembre 2021, 19:40

    Glaçant ! Beaucoup d'apitoiement sur leur petite personne mais aucune empathie avec les victimes aucune émotion. De vrais psychopathes.

  • Posté par collin liliane, vendredi 5 novembre 2021, 19:14

    Des crapules qui après leur détention devraient être expulsées avec leur famille vers leur pays d'origine. Le problème est que celui-ci, trop content de s'être débarrassé de son lumpenproletariat dans les pays occidentaux naïfs à souhait, est assez intelligent pour refuser de les reprendre.

  • Posté par Rabozee Michel, vendredi 5 novembre 2021, 19:02

    Pauvres petits choux, ils sont déprimés ? Rho, ben allez, une petite tape sur la main, un mars, et ça repartira ! Non mais.

Plus de commentaires

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs