Accueil

Les centres pour demandeurs d’asile saturés

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min

Une des raisons du manque de place en centre d’accueil pour sans-abri à Bruxelles est la saturation des dispositifs de seconde ligne, comme les hôpitaux psychiatriques ou les centres Fedasil. « Depuis quelques jours, nous sommes contraints de faire une sélection devant le Petit Château – c’est là que le matin, les migrants font la file pour enregistrer une demande d’asile », explique Benoît Mansy, le porte-parole de l’Agence fédérale pour l’accueil des demandeurs d’asile. « On fait rentrer les personnes vulnérables : les familles, les femmes, les enfants, les MENA (mineurs étrangers non accompagnés). Pour certaines personnes, on leur demande de se représenter le lendemain. »

La semaine dernière, presque tous les jours, affirme le porte-parole, des personnes se sont retrouvées au Samu social et à la Croix rouge. « Il nous faut des places supplémentaires et même si plusieurs extensions de centre sont en préparation, à plus long terme, il faut plus de capacité d’accueil. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs