Accueil Sports Football Football à l'étranger Espagne

Le Barça a confirmé l’arrivée de Xavi Hernandez comme entraîneur: «C’est le moment de rentrer à la maison»

L’ancien milieu de terrain du club catalan va tenter de redresser la situation après un début de saison très décevant.

Temps de lecture: 3 min

Attendu comme le messie en Catalogne, l’ancienne gloire du FC Barcelone Xavi Hernandez a quitté son exil qatari pour prendre la relève de Ronald Koeman avec un défi immense : reconstruire une équipe en ruines pour la hisser à nouveau vers les sommets.

Le FC Barcelone a confirmé dans la nuit de vendredi à samedi le retour au bercail de son ancienne gloire. « C’est le moment de rentrer à la maison. Bienvenue, Xavi », a tweeté le Barça. Il arrivera ce week-end à Barcelone et sera présenté lundi à midi lors d’une cérémonie publique au Camp Nou, a précisé le club dans un communiqué.

Le club qatari d’Al Sadd, que Xavi entraînait depuis 2019, avait annoncé quelques heures plus tôt avoir trouvé un accord avec les Catalans et avait posté sur les réseaux sociaux des images de l’Espagnol faisant ses adieux aux joueurs.

Après un jeu de la séduction qui a duré plusieurs années, le mariage est enfin célébré entre le FC Barcelone et l’un des hommes qui incarne le mieux le club. Une union attendue par une large frange des supporters blaugrana.

Après avoir quitté Barcelone en 2015, le génial milieu de terrain a pris la direction d’Al Sadd, au Qatar, où il a fini sa carrière de joueur (2015-2019) avant d’entamer une reconversion immédiate comme entraîneur. Après deux années à la tête du club qatari, il a déjà remporté le championnat, la coupe nationale et la Supercoupe du Qatar.

Mais surtout, en un laps de temps réduit, Xavi a réussi à installer au Qatar des principes de jeu qui lui sont chers. Ceux appris dans les rangs de la Masia, le prestigieux centre de formation catalan, et affinés auprès d’un entraîneur comme Pep Guardiola : un jeu de possession, fait de passes courtes dans des espaces réduits. Bref, les bases du « tiki-taka », le fameux jeu catalan lancé par l’icône Johan Cruyff dans les années 1990.

Contacté en janvier 2020 pour remplacer Ernesto Valverde sur le banc barcelonais, puis l’été suivant pour succéder à Quique Setién, Xavi a jusqu’ici toujours décliné les offres du club, refusant de prendre la charge d’une équipe sans projet clair et sans cap fixe, mais réitérant à chaque fois son amour pour son club de coeur.

« Je ne le cache pas, et je l’ai toujours dit, mon objectif principal, quand ça pourra se faire, c’est le Barça. C’est ma maison, et ce serait un rêve », avait confié Xavi dans une interview au quotidien Marca, en juillet 2020.

Le chantier est immense. Xavi devra accorder ses violons avec Laporta, et surtout composer avec les énormes soucis financiers qui plombent le club catalan, endetté de plus d’un milliard d’euros. Sur le terrain, ses objectifs sont clairs : sportivement, le Barça, actuel 9e de Liga à neuf points de la Real Sociedad et à huit de son grand rival, le Real Madrid, doit à tout prix revenir sur la tête du classement. Il doit aussi tenter d’assurer une qualification pour les huitièmes de finale de Ligue des champions, malgré les deux claques initiales reçues face au Bayern Munich au Camp Nou (3-0) et contre le Benfica à Lisbonne (3-0).

Mais surtout, Xavi doit faire retrouver son identité de jeu au club blaugrana, en se basant sur la jeune génération avec, en tête, les prodiges Ansu Fati, Pedri et Gavi, et d’autres talents précoces comme Segiño Dest ou Frenkie de Jong.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Espagne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir