Accueil Sports Football Football belge Anderlecht

Lior Refaelov pour un retour gagnant au Bosuil?

Lior Refaelov a vécu trois belles saisons à l’Antwerp. Elles se sont toutefois terminées sur un malentendu. Réserviste depuis deux matches, il aspire à revenir à son meilleur niveau à Anderlecht.

Temps de lecture: 3 min

Depuis son retour en D1 après treize trop longues années de purgatoire en D2, l’Antwerp n’a cessé de grandir. Année après année, le matricule 1 a vu ses moyens et ses ambitions croître conjointement, lui permettant de remporter une 3e Coupe de Belgique en 2020, 28 ans après la dernière en date. Il s’est également immiscé avec une certaine régularité dans le haut du tableau : après avoir terminé 8e dès son retour, il a à chaque fois progressé, accédant à la 6e place un an plus tard, puis à la 4e en 2019-20 (avant l’arrêt pour cause de pandémie) et à la 3e la saison dernière.

Lourdement battu par Fenerbahçe en Europa League (0-3), jeudi, les hommes de Brian Priske retrouveront-t-il de leur allant, ce dimanche en début de soirée, lorsqu’ils accueilleront Anderlecht ?

Forcément, ce choc sent la poudre pour différentes raisons : celle du classement, qui reste toujours en filigrane d’une lutte de pouvoirs entre équipes du top, mais également parce qu’il signifiera le retour au Bosuil de Lior Refaelov. L’Israélien, dernier vainqueur du Soulier d’Or, avait connu une période dorée de trois saisons en métropole anversoise mais celle-ci s’était terminée sur un malentendu aujourd’hui regretté par toutes les parties. En trois saisons, il y avait disputé 70 matches de championnat, inscrivant 35 buts pour 8 assists et participant activement au gain de la Coupe, le 1er août 2020 : c’est lui qui avait inscrit l’unique goal de la finale face à son ancienne équipe brugeoise. Malgré cela, l’annonce de sa signature au Sporting, alors que l’Antwerp aurait aimé le conserver, avait fait grand bruit en raison de son timing, juste avant les Playoffs 1. Frustrés, les dirigeants anversois avaient alors pris la décision grotesque de l’écarter pour les derniers matches décisifs de la saison, se privant de facto de l’expérience et du talent de ce véritable gentleman.

Arrivé avec de grandes ambitions au Sporting malgré son âge avancé – 35 ans – l’ancien international israélien ne parvient toutefois pas à faire l’unanimité par ses prestations. Sur les 12 matches, ou bouts de matches qu’il a disputés jusqu’ici en championnat, il n’a inscrit que 3 buts, dont 2 sur penalty, face à Gand et à Saint-Trond. Par contre le fait qu’il ait inscrit l’unique goal de la victoire du Sporting au Standard, n’a fait qu’augmenter sa popularité auprès des supporters mauves. Resté sur le banc face au Beerschot et seulement monté au jeu pour 22 – bonnes – minutes contre OHL, Refaelov doit prendre son mal en patience, continuer à bosser pour essayer de s’imposer comme leader naturel au sein de son nouveau biotope. Mais il pourrait une nouvelle fois débuter la rencontre de ce dimanche sur le banc.

« Travailler avec un joueur comme Lior, ce n’est que du bonheur », nous a expliqué Anouar Ait-El Hadj, dont la courbe de forme est inversement proportionnelle à celle d’un élément créatif qui renseigne tout de même 16 ans de plus que lui. « Il parle beaucoup aux jeunes, partage son expérience. Il sait conserver un ballon mieux que quiconque ou donner une passe tranchante dans la profondeur. »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Anderlecht

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir