Accueil

«Comment un seul cameraman a pu filmer tout ça?»

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 2 min

Souvent, on l’appelle le père spirituel de Strip-Tease, spirituel parce que ses véritables créateurs sont Marco Lamensch et Jean Libon. Mais Manu Bonmariage est arrivé tellement tôt dans l’aventure, et y a réalisé tant de reportages – près de 50 –, que l’amalgame se fait sans heurter personne.

Les incroyables Les petits des « petits de » ou Pute et peintre en 1987, l’ode à la Vaisselle en 1988, le terrifiant Pas si fou en 1990, Prison d’amour en 1991, Femmes voilées en 1997 et C’est grave, Docteur ? la même année, désopilantes confidences d’un vétérinaire dont le quotidien, face aux toutous dépressifs, ressemble plus à celui d’un psy.

Des perles d’une quinzaine de minutes, touchantes, affligeantes, des miroirs de nous-mêmes dans lesquels on a parfois un peu de mal à se regarder.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs