Accueil Économie

Distributeurs et fabricants de jouets ont modéré leurs clichés de genre

Finis les rayons roses pour filles et bleus pour garçons. Magasins et marques ont adapté leurs visuels et leurs mots pour mieux coller à la diversité de la société. Mais les stéréotypes restent encore ancrés à certains de leurs produits.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

Des poupées vêtues de rose pour les petites filles et des mini-voitures bleues pour les petits garçons. Ces images de jouets nourrissant les stéréotypes de genres restent encore tenaces dans la conscience collective. Mais, à la veille de cette Saint-Nicolas 2021, collent-elles encore vraiment à la réalité du marché ? Direction dans quatre enseignes clés (Dreamland, Maxi Toys, Broze et Fox & Cie) pour le vérifier… C’est sûr : les rayons explicitement labellisés garçons ou filles ont disparu pour laisser place à des classements par thèmes ou par âges (jeux créatifs, véhicules, poupées, déguisement, superhéros, etc.). Et les couleurs se sont uniformisées. Adieu le rose et le bleu si clichés. On note aussi des rayonnages entiers presque non genrés, comme ceux des jeux de société ou des articles pour bébés. Pas question non plus de distinctions fille-garçon pour des licences comme les cartes Pokemon ou les jouets dérivés des films Harry Potter.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs