Accueil Belgique Politique

Georges-Louis Bouchez: «Celui qui écarte le nucléaire neuf n’a pas compris la situation»

Interviewé par « Le Soir, » le président du MR prend la défense de l’atome et ouvre carrément la porte à la construction de nouvelles centrales nucléaires. Il cherche une majorité, même alternative, pour modifier la loi belge.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Prises de bec en vue au sein de l’équipe De Croo. D’ici à la fin novembre, l’accord gouvernemental prévoit que l’on tranche – à nouveau – le sort du nucléaire. La loi actuelle prévoit la fermeture des sept réacteurs du pays d’ici à 2025. Pour y parvenir, la ministre Tinne Van der Straeten (Groen) propose de subsidier la construction de deux nouvelles centrales au gaz, d’une puissance totale de 1,6 GW. Engie vient de remporter le marché avec ses projets de centrales à Vilvorde et aux Awirs. Mais le président du MR, Georges-Louis Bouchez, ne veut pas – mais alors pas du tout – en entendre parler. « C’est impossible d’aller expliquer à Freya, à Gand, que quand elle va acheter sa nouvelle maison, c’est fini la chaudière au gaz parce que ça tue la planète. Alors qu’en parallèle, au fédéral, on va construire une grande usine de CO2 à Vilvorde avec le même gaz », entame le libéral. Il milite plutôt pour la prolongation de la durée de vie de deux réacteurs nucléaires (2 GW), au moins pour dix ans.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

78 Commentaires

  • Posté par Alain Caufriez, dimanche 14 novembre 2021, 21:19

    La Belgique a décidé il y a plus de 15 ans de sirtir du nucléaire et malgre6les arrêts d'entretiens urgent ou non programmés, malgré la decision d'Engie d'abandonner la production nucléaire d'électricité en Belgique on (les politiques surtout) continue a s'emmêler les pinceaux de couleur sur ce sujet qui n'a jamais retenu suffisamment de volonté de faire ce qui a été convenu et promis. Les politiques sont a l'origine de ce conflit entre le passé et le futur de notre pays au niveau de la production énergétique et de la compétitivité des entreprises. Si des plans avaient été etablis, planifiés, mis en execution et monitorés on n'en seraient pas là ou nous sommes c-a-d au milieu du gué (et je suis optimiste). Alors que le MR, le PS et tous les autres partis, les partis qui ont le vent arrière aujourd'hui et ceux qui ont le vent de face mais qui eurent un jour beni le vent arriere se mettent aj boulot. Au boulot ça veut dire proposer des solutions réalistes qui nous debarasseront des centrales nucléaires comme promis, comme convenu et comme requis par nos enfants. Nis parents et grand-parents ont "subit" 2 guerres. Nos enfants enticipent leur avenir. Le climat, la sortie du nucléaire c'est leur combat. Ne les decevez pas messieurs les politiques, comme vous avez déçu les quarantenaires de 2020.

  • Posté par GOBBO Corrado, samedi 13 novembre 2021, 16:57

    Beaucoup n'ont rien compris, mais heureusement GLB est là qui a TOUT compris...

  • Posté par L. D., vendredi 12 novembre 2021, 19:55

    Il y a une chose que l'on oublie, c'est que la production électrique doit être immédiatement consommée ou stockée sous une autre forme principalement dans des batteries dont les matières premières sont limitées

  • Posté par Otte Gérard, vendredi 12 novembre 2021, 21:20

    Il y a aussi le pompage-turbinage si le relief et les bassins s'y prêtent.

  • Posté par PIERSON THIERRY, mercredi 10 novembre 2021, 13:32

    L'université d'Oxford vient de sortir une étude qui affirme le contraire de ce que mr Bouchez dit. Et ce ne sont pas les premiers, l'université de Stanford arrivait aux même conclusions. https://www.inet.ox.ac.uk/files/energy_transition_paper-INET-working-paper.pdf En résumé, les chercheurs nous annoncent une très bonne nouvelle, ç-à-d : Ils étudient la possibilité de passer a du 100% renouvelable dans les 25 prochaines années. Ils constatent que toutes les études faites dans le passé ont sous-estimé la vitesse et sur-estimé les couts de cette transition, par rapport à la réalité d’aujourd’hui. En essayant d’en comprendre la raison, ils se sont rendu compte que ces études sous estimaient systématiquement l’effet boule de neige de diminution des prix et d’augmentation d’efficacité et de moyens de production, en fonction de l’augmentation de déploiement des nouvelles technologies. En refaisant ces études en prenant les coûts réels d’aujourd’hui, mais en anticipant les baisses de couts futurs en fonction des baisses du passé, ils se rendent compte qu’effectivement il est possible de réaliser une transition à du 100% renouvelable dans un délais de 25 ans, et pour un prix inférieur à toute autre solution. Pour cela ils n’ont retenu que le solaire photovoltaïque, l'éolien, ainsi que les batteries et l’hydrogène pour le stockage. Les autres technologies ne permettant pas de développement à grande échelle ou de diminution de prix espérées suffisantes, ou ont simplement un impact négatif sur l’environnement. Bien entendu cela demande un déploiement rapide de ces technologies, et un budget d’investissement, conséquent. Donc ils préviennent que toute distraction consistant à subsidier de nouveaux projets d’énergies fossiles, ou de constructions de nouvelles centrales nucléaires, ne feraient qu’alourdir le budget et ralentir le processus. En conclusion, on dit souvent que les avantages d'une transition énergétique verte rapide apportent des avantages au niveau climatique, pollution, stabilité des prix, mais au prix d'un cout élevé. La conclusion de ce rapport est qu'en fait c'est la solution qui est simplement AUSSI la moins chère.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs